Filmer l’intégration

Il y a ceux, un peu en colère, qui regrettent leur vie d’avant, leurs amis et puis ceux qui espèrent de meilleurs jours, un avenir brillant ; tous sont poussés à quitter leurs repères pour rejoindre un parent éloigné ou parce qu’ils étaient persécutés dans leur pays d’origine. La réalisatrice Julie Bertucelli a filmé pendant une année les élèves de la classe d’accueil du Collège La Grange aux Belles à Paris et donne à voir avec pudeur et malice, au fil des saisons, des adolescents entre deux cultures, ou plus. Car en effet, ici la Chine côtoie le Brésil, le Sri Lanka l’Egypte, la Mauritanie, l’Irlande… Les langues, les religions de chacun s’échangent, se mêlent ; puis bientôt les amitiés indéfectibles ; chacun apprenant à l’autre sa « culture » dans un partage dénué d’a priori.
Sans que la caméra s’appesantisse, on décèle pourtant dans ces moments de vie souvent joyeux, des paroles du bout des lèvres, des blessures. Les traces laissées par une fracture brutale, un passé difficile. La pression des parents, la menace anxiogène d’un retour au pays en cas d’échec. Mais aussi l’immense solitude de certains, parfois livrés à eux-mêmes. On devine les moqueries et les mises à l’écart déjà subies au quotidien dans la cour d’école. La réalisatrice filme la classe comme un cocon, dans lequel ces adolescents ont réussi à tisser des liens forts, mais dont l’équilibre ténu vacille souvent. Comme lors du départ précipité de Maryam, l’égyptienne, qui nous rappelle subitement la précarité des situations derrière les sourires et l’insouciance. Là encore, c’est tout en finesse et retenu que l’on devine le rôle pilier si important de la professeure pour ces élèves, que l’on sent passionnée et protectrice.
Ce documentaire donne aussi à voir l’expérience d’une reconstruction possible, la faculté d’adaptation et la progression de ces ados devenus « papillons », dont les efforts aboutiront à la diffusion d’un film qu’ils ont eux-mêmes réalisés à partir de leurs histoires de vie. « La première fois que je suis rentrée dans la classe d’accueil, c’est comme si je venais de naître, maintenant on est tous frères et soeurs » dira Djenabou avec émotion : Julie Bertucelli saisit ici le cheminement de ces élèves, révélés à eux-mêmes et à un  monde pluriel ; un apprentissage parfois dur mais aussi et surtout riche de toutes ses potentialités.

BERTUCELLI Julie (Réal.). La cour de Babel [document multimédia]. Paris : Pyramide vidéo, 2014.

Documentaire : adolescentes des banlieues

Elles s’appellent Moufida, Coralie ou Aïssetou et grandissent au sein d’une cité à Marseille, Le Blanc-Mesnil ou encore Clichy-sous-Bois. Dans son documentaire « Les roses noires », Hélène Milano choisit de montrer ces jeunes filles en fleur et leur rapport au langage au moment crucial qu’est l’adolescence. Elle leur offre, le temps de ce reportage, une visibilité inattendue dont elles se saisissent sans faux-semblant.
Filmer cette parole si fragile tout en la questionnant se révèle être une approche particulièrement ingénieuse et habile exploitée par la documentariste. A la fois sujets et verbes, observatrices et actrices, les jeunes filles réfléchissent à leur propre langage, miroir d’une identité qu’elles peinent encore à définir, tout en contradiction. Par l’analyse de ce langage hybride, fait de mots à la croisée de multiples cultures, elles disent l’appartenance communautaire mais aussi le cloisonnement social qu’il génère, conscientes que ces codes rassemblent autant qu’ils excluent.
Ce constat fait écho aux limites qu’elles-mêmes s’imposent, qui les enferrent et dont elles ont tant de mal à s’émanciper. Car cette parole donnée met aussi en exergue des mécanismes troublants, parfois inquiétants, d’une organisation sociale qui les écrase et qu’elles relaient, semble-t-il, malgré elles, se faisant les émissaires d’un discours reniant leur propre liberté et identité.
Au fil du récit, le reportage dit bien la double peine pour ces femmes en devenir. Tout d’abord, la difficulté de trouver sa place au sein d’une société dont on se sent exclues, mais aussi celle de savoir s’affirmer et d’assumer sa féminité dans un univers violemment régi par des codes masculins. Hégémonie toute puissante particulièrement pesante qui semble se cristalliser au moment de l’adolescence et de la sexualisation des rapports entre garçons et filles.
A l’image de Sarah qu’on voit boxer seule au milieu des garçons, il s’agit bien là d’un véritable combat que toutes mènent quotidiennement. Et c’est justement dans cette lutte, cette fierté de ne pas « s’écraser », qu’on perçoit tout l’espoir qu’elles portent en elles. Une force qui leur sera nécessaire pour briser leurs chaînes et qu’on sent naître en même temps que l’acceptation de leur féminité, comme d’une liberté, de plus en plus forte, à la fin du reportage.

Référence : MILANO Hélène (Réal.). Les roses noires [document multimédia]. Paris : Centre Nationale de la Cinématographie, 2011.

La lecture à l’ère numérique

Sylvie Octobre se fait ici l’écho des préoccupations latentes liées aux pratiques de lecture de la population – et plus particulièrement des jeunes – devenues enjeu de la politique sociale et culturelle. La désacralisation du livre et les changements impliqués par la séparation du texte et de l’imprimé au profit de l’hybride et de l’immatériel semblent être aujourd’hui le vecteur d’une crise de valeur sociétale engageant une dynamique générationnelle et sociale.

A travers le prisme de la figure du jeune comme curseur social d’une civilisation en mutation dont l’instabilité inquiète, l’auteure met en avant différents amalgames faisant état d’une rupture menaçante afin de mieux les déconstruire. Sa démonstration prend notamment appui sur la confusion entre baisse de la lecture et illettrisme, sur la perte de valeur liée à l’abandon des lectures dites classiques au profit de lectures loisirs plus proches des états et tourments de l’adolescent, et sur la transformation inquiétante parce qu’encore non-aboutie des secteurs professionnels liés au livre.

Ainsi, la révolution née des technologies numériques impacte tout en se faisant le réceptacle d’une nouvelle appréhension des pratiques de lecture. Un rapport à l’espace/temps profondément modifié dont l’immédiateté bouleverse et une multiplication des sources facilitant l’accès à l’objet culturel  ouvrent un champ de possibilités et de flux abyssal qui transforme les processus de production et les trajectoires de l’information, brouille les rôles.

Ce changement de valeur n’est pas sans lien avec l’institution – notamment scolaire – qui peine à réinvestir efficacement le champ de la lecture. L’auteure souligne que le désinvestissement des valeurs littéraires au profit d’une élite intellectuelle scientifique au sein même de l’École participe de fait à ce retrait d’une culture des textes, avançant aussi l’hypothèse d’une lecture qui n’assurerait plus le rôle de marqueur au sein d’un groupe de même classe sociale.

L’émancipation des contenus et de ses formes semble cependant offrir dans le même temps un terrain particulièrement propice à la recherche identitaire et à la socialisation. La multiplicité de l’offre et la porosité entre les différents paysages culturels permettant d’opérer des choix au plus proche de soi ; le texte devenu interactif lie aujourd’hui plus qu’il ne l’a jamais fait les individus entre eux.

En outre, si cette activité « polymorphe » associée à des formes de lecture plurielles implique le développement de pratiques et de compétences nouvelles qui demeurent à l’heure actuelle difficiles à évaluer, l’auteure rappelle qu’une baisse quantitative de la lecture s’amorce déjà inexorablement dés la fin de la Seconde Guerre Mondiale. La multiplication des consommations audiovisuelles mais aussi la féminisation de la lecture expliquant ainsi en partie des inégalités de pratique devant lesquelles les médiateurs du livre doivent toujours faire face.

Grâce à cet article, l’auteure nous alerte sur la nécessité de se tourner vers de nouvelles problématiques : quelle place, demain, pour le texte, le livre et les valeurs politiques qu’ils portent dans la construction de l’individu ?

Référence: OCTOBRE Sylvie. «La lecture à l’ère numérique : au commencement était le livre et à la fin le texte », Études, Vol.418, Mai 2013, p.607-618.

La fiction du soi

La revue Belge Sociétés consacre l’un de ses derniers numéros à la science-fiction et au rapport que ce genre culturel entretient avec « le monde des hommes ». L’attention des éducateurs pourrait être attirée par un article qu’une doctorante consacre aux jeux en réseau et leur enjeu dans la construction identitaire.

En effet, France Vachey, par la mise en place d’un dispositif méthodologique original, se lance dans une ethnographie du monde virtuel de World of Warcraft, le leader des jeux de rôle en ligne. Elle y évoque une sociabilité bien semblable à celle mise en œuvre dans le monde réel et des interactions langagières qui obéissent aux règles qui nous sont usuelles.

Le sujet abordé dans cet article, pour original qu’il soit, présente un double intérêt. Il rappelle d’une part, au travers des travaux de Huizanga, Caillois et Winnicott, la place que tient le jeu dan sa construction des enfants, des adolescents mais aussi des adultes. France Vachey rappelle, en citant le psychiatre anglais, que « c’est en jouant, et peut être seulement quand il joue, que l’enfant ou l’adulte est libre […] C’est seulement en étant créatif que l’individu découvre le soi. » Mais l’auteure met aussi en lumière la place de ces mondes virtuels, où le joueur rencontre les avatars d’humains eux bien réels, dans la construction autobiographique. Jouer en réseau, c’est se créer un personnage, une histoire, penser la différence entre ce rôle et le soi ; opposer un idéal à une image que l’on nous renvoie. C’est se voir interagir avec un monde, certes moins « concret » que celui qui nous entoure, mais tout aussi opposant ; c’est surmonter les obstacles. C’est enfin interagir avec l’autre et accepter la subjectivité d’un autrui avec lequel il faut toujours composer, loin d’un fantasme de toute puissance. Reprenant alors la pensée littéraire de Daniele Sallenave, France Vachey évoque le fait que « raconter, c’est d’abord être. » La création d’un personnage, d’une persona fiction, au sein d’un monde virtuel, est acte de narration de soi et par la même de construction, de renouvellement, de son identité.

C’est peut être là qu’il faut chercher le succès de ces pratiques numériques auprès des adolescents et des jeunes adultes. Au sein d’un monde où expérimenter sa relation à l’autre présente peu de risque, il est plus aisé découvrir son être en devenir.

 

VACHEY, France. «Fiction de personnage dans un MMORPG [de l’expression anglaise « Massively Multiplayer Online Role Playing Games », signifiant « jeux de rôle en ligne massivement multijoueurs »NDLR], entre jeu de rôle et écriture de soi, écrire une persona fiction». Sociétés, N°113, troisième trimestre 2011, p. 81.