Une justice restaurative pour les mineurs?

La justice restaurative a de grandes difficultés à se développer en France alors même que le législateur a intégré la possibilité de cette justice dans la réforme pénale de 2014. L’objectif de Jessica Filippi est clair et concret : comment faire avancer les principes de cette justice novatrice dans le droit pénal des mineurs français ? Pour cela, elle utilise la méthode comparative pour montrer que la Belgique, même de façon imparfaite, a réussi à implanter dans la justice des mineurs des offres restauratives.
Dans une première partie, l’auteure présente de façon exhaustive les deux systèmes de justice des mineurs qui, bien qu’appartenant au modèle protectionnel, ont des différences significatives, notamment le caractère décentralisé de la justice belge correspondant à la structure fédérale de l’Etat. Surtout, elle définit précisément le concept de justice restaurative. L’infraction est considérée comme un tort commis à l’égard de la victime et de la société. Le processus consiste à faire se rencontrer, avec l’aide d’un tiers neutre, les personnes concernées par l’infraction dans le but de réparer le préjudice et de rétablir l’harmonie sociale. Il s’agit de dépasser le système rétributif et le dispositif protectionnel tout en prenant au sérieux les besoins auxquels ils répondent respectivement. Du modèle protectionnel la justice restaurative reprend le rejet de la peine, du modèle rétributif, elle reconnaît le trouble causé par l’infraction et la souffrance subie par la victime.
Mais la question centrale du travail de Jessica Filippi est de savoir comment implanter la justice restaurative dans la justice des mineurs en France. Pour cela elle tente de mettre à jour les obstacles mais aussi les points d’ancrage permettant l’expérimentation et l’institutionnalisation de cette offre de justice spécifique. Sans surprise, l’obstacle principal est le tournant rétributif et dissuasif opéré dans les années 2000. On aurait souhaité que l’auteure montre également que le modèle protectionnel a été un obstacle à cette forme de justice. En effet, la mesure de réparation qui s’inspirait de la justice restaurative à l’origine, s’en est totalement éloignée en oubliant la victime.
Jessica Filippi fixe deux conditions à l’implantation de la justice restaurative : une réforme législative qui la rende juridiquement possible et une inflexion dans la culture professionnelle des acteurs. La Belgique a réformé la loi du 8 avril 1965 relative à la protection de la jeunesse en 2006. La priorité est désormais donnée aux offres restauratives. Cependant, huit ans après l’adoption de cette réforme, on constate que les juges de la jeunesse se sont peu saisis de cette possibilité. En France, il n’existe que le nouvel article du Code de procédure pénale et le projet de loi réformant l’ordonnance de 1945 n’a rien prévu en ce domaine. Ce sont les raisons pour lesquelles l’auteure propose une réforme de l’article 12-1 de l’ordonnance de 1945 sur la mesure de réparation en y intégrant la possibilité d’offrir à l’auteur et à la victime une démarche de justice restaurative à tous les stades de la procédure et qui pourrait se concrétiser par une médiation classique ou une médiation élargie.
Cependant, l’exemple belge montre que la loi ne suffit pas. L’évolution de la culture professionnelle des magistrats et des éducateurs est décisive. Dans son enquête empirique, Jessica Filippi montre que, lorsqu’ils prennent connaissance des principes de la justice restaurative, les professionnels de la justice des mineurs y sont favorables. La condition nécessaire pour la généralisation des actions de justice restaurative semble donc être l’information et la formation des principaux acteurs.

Jessica FILIPPI, Droit pénal des mineurs et justice restaurative. Approche comparé France-Belgique, Thèse de doctorat de droit privé et sciences criminelles, Université de Pau, 2015

Motivation scolaire, résignation, fuite et rébellion

Dans cet article, signé par une équipe réunie autour du regretté Alain Lieury, une extension de la théorie de l’autodétermination est présentée. Rappelons que la théorie de l’autodétermination (proposée par Deci et Ryan au début des années 80) s’appuie notamment sur la distinction entre motivation intrinsèque, motivation extrinsèque et amotivation (très proche du concept de résignation). Elle sert de cadre théorique à des centaines d’études empiriques sur l’engagement et la réussite scolaire des adolescents.
Alors que les différentes formes de motivation pour l’activité scolaire sont la conséquence des sentiments d’autonomie et de compétence, l’amotivation apparaît quand l’élève ne se sent ni autonome ni compétent. Ici, les auteurs proposent de définir deux nouvelles formes de motivation négative, c’est-à-dire non-orientée vers la tâche scolaire. A côté de l’amotivation, on trouverait également la rébellion et la fuite. D’un point de vue théorique, les auteurs expliquent que la fuite apparaîtrait, comparativement à l’amotivation, dans des situations où l’élève se sent incompétent mais un peu plus autonome. A l’inverse, la rébellion apparaîtraient lorsque l’élève se sent un peu plus compétent.
Cette proposition intéressante n’est pas totalement étayée par les résultats obtenus auprès de 436 élèves de quatrième et troisième. En effet, la rébellion et la fuite se trouvent être corrélées au sentiment d’autonomie et au sentiment de compétence de la même manière que l’amotivation. En revanche, les auteurs remarquent qu’un autre déterminant possible de ces formes de motivation négatives, à savoir l’indifférence du professeur, serait plus prédictif de la rebéllion que de la fuite ou de l’amotivation. Une piste à creuser… qui intéressera ceux qui enseignent avec les adolescents les plus difficiles.

Référence : LIEURY, A., LORANT, S., VRIGNAUD, P., & FENOUILLET, F. (2015). Motivation, rébellion, fuite et injustice à l’école. Psychologie Française, 60(4), 317‑333, décembre 2015.

Mael Virat

Chercheur en psychologie à l'Ecole Nationale de Protection Judiciaire de la Jeunesse

More Posts

Sociologie d’un groupe professionnel aux prises avec l’histoire

La thèse de Nicolas Sallée aborde le thème de « l’enfance délinquante » et de son traitement sous l’angle des rapports entre savoirs et interventions socio judiciaires. L’approche est pluridimensionnelle, l’histoire et la sociologie s’y côtoient avec bonheur. Le brassage et la plongée dans les sciences humaines et sociales du XXe siècle qui ont entouré la construction de la justice des mineurs n’ont rien d’ostentatoire et sont au service d’une démonstration sur sa spécificité. L’éclairage est ample et précis, il a pour objet un corps professionnel aux prises avec l’histoire et ses fluctuations.
Le cadre conceptuel, ancré dans une théorie de la sociologie des professions justifie l’emploi du terme de groupe professionnel pour désigner les éducateurs de justice préféré à celui de profession. L’intention est de souligner la forme singulière et la dynamique historique du processus de professionnalisation. L’identité professionnelle est très liée à l’histoire de l’institution, elle-même dépendante des formes de construction de l’État.
La première partie porte sur la tension qui structure l’espace professionnel de la prise en charge des mineurs délinquants. La construction historique singulière du droit pénal des mineurs s’est faite entre logique pénale et logique protectionnelle. La spécificité du droit des mineurs, son équivocité, s’inscrit dans la tension entre velléité protectionnelle et renforcement de la responsabilité pénale. La transformation de la justice des mineurs dans les années 1980-1990 marque un déplacement de « l’intérêt de l’enfant » à la notion de « droit de l’enfant ». Cette thématique resurgit dans le courant des années 1990 avec la question de la responsabilisation du mineur. Un groupe professionnel tire légitimité et singularité de la spécificité « judiciaire ». La transformation dans le milieu des années 1990 des dispositifs d’encadrement des mineurs marque le retour à la spécialisation pénale des éducateurs de la PJJ, elle s’accompagne de l’émergence de nouveaux savoirs pédagogiques, psychologiques et pédopsychiatrique sur la contenance, le faire avec, la contrainte, la responsabilisation, l’autorité…
La deuxième partie porte un regard sociologique sur l’activité des éducateurs en tenant compte de ce changement de contexte. Elle expose le processus de fragilisation de son identité à l’occasion de profondes transformations qui ont affecté la justice pénale des mineurs. Trois dispositifs d’encadrement et de prise en charge des mineurs sont examinés. Le milieu ouvert (MO) concentre une bonne partie d’une identité professionnelle construite dans l’après-guerre et surtout après 1970 qui privilégie la prise en charge individuelle et la tentative d’élucidation. Elle repose sur l’idée que l’acte délinquant est le symptôme, la manifestation d’un dysfonctionnement plus profond que l’on cherche à mettre au jour. D’où l’insistance pour construire et stabiliser des problématiques à partir de savoirs psychologiques sur les figures parentales. Néanmoins, la « conception éducative responsabilisante » progresse avec le travail sur l’acte.
Le centre éducatif fermé (CEF) est une zone intermédiaire entre le milieu ouvert et l’incarcération. L’activité des éducateurs y est centrée sur le comportement et les discours et discussions tournent autour de la contrainte et la contention. L’important  est la construction-stabilisation du cadre collectif et la nécessité pour les mineurs de s’y plier. L’interprétation qui est faite de la « fermeture juridique » bascule sur le plan symbolique.
L’établissement pour mineurs (EPM) pousse la professionnalité éducative au bord de sa propre négation, tant son mode de fonctionnement accumule les contradictions historiques. La posture adoptée par les éducateurs y est plus caricaturale. En effet, par la division sociale, ce type d’établissement permet aux éducateurs de se décharger sur les surveillants du soin d’assurer le maintien de l’ordre pénitentiaire, et de se réserver la partie symbolique (le sens donné à la limite devenue indispensable à la structuration psychique).
Nicolas Sallée montre comment la « conception éducative responsabilisante » agit comme une ressource mobilisable, commune au trois contextes institutionnels d’intervention (MO-CEF-EPM), mais à des degrés divers. Elle agit comme une justification, une adaptation à des contraintes politiques et administratives. Elle naturalise ces  contraintes.

Référence : SALLEE, Nicolas, Des éducateurs placés sous main de justice. Les éducateurs de la Protection judiciaire de la jeunesse entre droit pénal et savoirs sur l’homme. Université Paris Ouest Nanterre, 2012, 384 p.

jean-pierre Jurmand

Chercheur à l'ENPJJ-Roubaix, docteur en histoire

More Posts

Comportements violents et agressifs : une étude comparative

Cette thèse soutenue par Kaïssa Addouche est riche et intéressante. Dans un premier temps, elle montre que les concepts que sont la violence et l’agressivité sont utilisés diversement par de nombreux spécialistes. Certains parleront d’agressivité, d’autres parleront d’agression et/ou de violence. L’auteure tente de montrer très justement que l’agressivité est une tendance à attaquer, mais que c’est aussi une composante de la personnalité. La violence est plutôt une force brutale qu’un individu impose à un autre. Violence et agressivité ne sont donc pas de même nature. Pour éclairer ses propos, Kaïssa Addouche fait référence à différentes positions théoriques et des auteurs spécialistes de la question comme Sigmund Freud, Joan Rivière, Mélanie Klein, Jean Laplanche, Jean Bergeret, Bella Grunberger, René Diatkine, etc.
Dans un second temps, l’auteure met en lien ces deux concepts avec les différentes phases de développement que traverse l’enfant et montre que l’être humain, en fonction des moments qu’il traverse, de l’âge qu’il a et des facteurs biologiques, physiologiques, sociaux et moraux, manifestera ou non des comportements violents. Elle aborde ces notions de stades en s’appuyant sur les grands auteurs de la psychologie du développement de l’enfant tels que Sigmund Freud, Françoise Dolto, Donald Woods Winnicott, John Bowlby, René Zazzo, etc. Dans son travail, Kaïssa Addouche expose également les notions de développement social, moral et intellectuel ainsi que celles de comportements violents et agressifs chez les enfants.
Elle aborde ensuite les relations de l’enfant avec son environnement afin de comprendre de quelle manière l’adulte transmet les valeurs morales à l’enfant. Elle se réfère à différents styles éducatifs : autoritaire, permissif et démocrate; et elle analyse les divergences et convergences en matière de pratiques éducatives en fonction de l’aspect culturel. C’est cet aspect qu’elle étudie en s’intéressant à la famille ou plus précisément au modèle familial. Elle pose d’ailleurs l’hypothèse que les comportements agressifs chez les enfants âgés entre 3 et 11 ans appartenant aux différents modèles familiaux sont en lien avec les stades de développement antérieur, leur environnement familial, scolaire et social.
Son travail de recherche s’appuie sur une population constituée de quatre groupes différents : enfants de parents français, enfants de parents algériens vivant en France, enfants de couples mixtes et enfants de parents algériens vivant en Algérie. Elle utilise les outils tels que les tests projectifs comme celui de patte noire (PN) de Louis Corman, ou encore le test Family Apperception Test (FAT) et le test de socialisation de l’enfant et de l’adolescent (TSEA) ainsi que des entretiens semi directifs sur un échantillon de 80 enfants scolarisés. Par ailleurs, le traitement des données par l’analyse thématique de contenu et par l’analyse factorielle des correspondances multiples (ACM) permet une analyse fine et intéressante et met en évidence un choix méthodologique judicieux et adapté.
In fine, Kaïssa Addouche montre, entre autres, que les comportements agressifs chez les enfants ne sont pas une affaire de culture ni de sexe, mais une affaire d’âge, de rang, de composition de la famille, de divergence et/ou de convergence entre les styles éducatifs de la mère et du père ainsi que de convergence entre les styles parentaux et ceux du maître.

Référence : ADDOUCHE Kaïssa. « Le vécu des comportements violents et agressifs chez les enfants âgés de 3 à 5 ans, de 6 à 8 ans et de 9 à 11 ans : étude comparative entre enfants de parents français, de parents algériens vivant en France, de couples mixtes (algériens-français), de parents algériens vivant en Algérie». Thèse de Doctorat en psychologie clinique et interculturelle soutenue à l’Université de Picardie Jules Verne, sous la direction de Professeur Emile-Henri Riard, Université de Picardie Jules Verne (UPJV), Ecole interne, IUFM, Amiens, le 8 décembre 2011, 181p.

Les garçons, l’amour, la sexualité: une jeunesse sous surveillance ?

Les dossiers du Centre d’observation public de l’Éducation surveillée (Copes) de Savigny-sur-Orge, qui reçoit les mineurs adressés par le tribunal de la Seine, constituent une source d’une exceptionnelle richesse, plus riche encore que les classiques dossiers judiciaires. Jusqu’à ce jour, ils n’ont guère été explorés que pour faire l’histoire de la justice des mineurs et de l’observation alors qu’ils permettent aussi d’étudier au plus près la sociabilité des jeunes des classes populaires . En effet, l’immense majorité des adolescents placés à Savigny-sur-Orge sont fils d’ouvriers ou d’employés, parfois de petits commerçants ou d’artisans, très rarement de cadres ou de professions libérales. L’un des premiers mérites de Régis Révenin, même si ses sources sont loin de se limiter au fond Savinien, c’est d’avoir su utiliser avec beaucoup de finesse et de subtilité ces milliers de « vies de papiers », pour reprendre l’heureuse expression de Philippe Artière et Dominique Kalifa, afin de nous livrer cette première histoire des rapports à l’amour et à la sexualité des garçons des classes populaires au temps des Trente Glorieuses.

Après une solide introduction de 55 pages où l’auteur définit son objet, fait un point historiographique, présente ses sources et sa problématique, la thèse est organisée en trois parties.

L’auteur commence par se pencher sur « Les prolégomènes de la rencontre de l’autre ; l’éducation sentimentale et sexuelle des adolescents ». Dans un premier chapitre, il nous présente tous les aspects des « apprentissages informels des “choses du sexe” ». Les propos sur le recours aux publications érotiques et pornographiques et sur la transmission des « informations » entre pairs et au sein de la famille trouvent naturellement leur place dans ces 72 pages, mais aussi des développements sur la masturbation comme forme de découverte de son corps et de ses désirs et la part d’ombre de l’apprentissage quand il passe par la contrainte, par l’abus, par la violence. Le second chapitre est consacré à d’éducation sexuelle qui, après une longue période de refus, se met lentement en place à la Libération.

Régis Révenin se penche ensuite sur les « Splendeurs et misères des premiers pas de la rencontre de l’autre ». Après de belles pages sur la question de la beauté et de l’apparence à l’adolescence (chapitre 3), il se consacre à la question de la séduction et du flirt. Il nous offre là un tableau très complet sur un aspect essentiel de la sociabilité juvénile.

La troisième partie « Rencontre de l’autre : la fabrique des garçons » comprend trois chapitres. Le premier est consacré à l’entrée dans la sexualité active, cette « première fois » qui relève de temporalités et d’attentes différentes selon que l’on soit garçon, fille ou gay. Le second chapitre, très novateur, est centré sur la construction des identités sexuelles. Enfin, Régis Révenin sonde les cœurs et les sentiments amoureux.

Le travail de Régis Revenin est une très belle illustration de l’intérêt de l’approche en terme de genre d’autant que l’auteur n’oublie pas les autres facteurs comme l’appartenance sociale ou générationnelle. On ne peut que souhaiter une rapide publication de cette thèse qui la rende plus accessible.

REVENIN Régis. Les garçons, l’amour, la sexualité : une jeunesse sous surveillance ? (Paris 1945-1975). Thèse d’Histoire, Université de Paris 1, 2012, 691 p.

Jean-Jacques Yvorel

Jean-Jacques Yvorel, docteur en histoire, est chercheur à l’École Nationale de protection judiciaire de la jeunesse à Roubaix. Il participe à ANR Sciencepeine [Sciences, savoirs et politiques de l’exécution des peines en France. (1911-2011)]. Il est chercheur associé au Centre de recherche sur le XIXe siècle et au CESDIP et au Centre de recherche historique sur le XIXe siècle. Il travaille actuellement sur l’histoire de la déviance juvénile et de son traitement. Il est co-rédacteur en chef de la Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière ». Il a notamment codirigé Les âmes mal nées. Jeunesse et délinquance urbaine en France et en Europe (XIXe-XXe siècles) (Presses universitaire de Franche-Comté, 2008) et Les Jeunes et la sexualité (Autrement, 2010).

More Posts

Le milieu ouvert. Construction d’un modèle social de la justice des mineurs en France (1890-1970)

Jean-Pierre Jurmand nous propose le premier travail historique sur la forme aujourd’hui ultra majoritaire de prise en charge des mineurs de justice : le milieu ouvert.

La première partie est consacrée à l’émergence de l’idée d’observation et à l’élaboration de la doctrine et de la méthode. Elle repose sur le dépouillement minutieux de tous les discours experts. L’analyse de cette matière est très fouillée et l’on suit parfaitement les débats où partant de l’idée que le jugement d’un mineur nécessite une enquête qui ne soit pas limitée aux faits reprochés, par touches successives, s’invente ce qu’on appellera l’observation en milieu ouvert. Une seule réserve sur cette première partie : si la logique interne de ce processus discursif de longue durée est finement mis en évidence, ces débats auraient pu être mieux contextualisés.

La seconde partie est consacrée à l’expérimentation et à la pratique de l’observation en milieu ouvert et repose essentiellement sur les dossiers individuels des mineurs. Le danger était de tomber dans « l’étude de cas » rétroactive, danger d’autant plus grand que l’auteur est éducateur de formation. Jean-Pierre Jurmand a su éviter le piège pour décrire la pratique d’observation et montrer tout ce qui la conditionne socialement, culturellement, intellectuellement. Dans les années 1960, l’Éducation surveillée passe de l’expérimentation à l’institutionnalisation et surtout l’observation en milieu ouvert se métamorphose de plus en plus souvent en action éducative en milieu ouvert. Jean-Pierre Jurmand décrit le cadre social, juridique (il souligne à juste titre le rôle fondamental de l’ordonnance de 1958) et institutionnel de cette généralisation. Son analyse des équipements est, en la matière, des plus précieuses. Pour illustrer au plus près ces transformations, il s’appuie sur l’exemple de la Consultation d’Arcueil dont les dossiers ont été miraculeusement conservés. Encore une fois le décryptage de ces « vies de papiers » permet à l’auteur de donner à voir les pratiques effectives du milieu ouvert et, en filigrane, la construction d’une nouvelle professionnalité. Il montre très bien que si les objectifs éducatifs et les logiques d’action semblent ne pas connaître de grand bouleversement, les logiques d’interprétation changent. Il y a une accentuation de la subjectivation voire une certaine psychologisation qui fait de la dynamique intrapsychique du jeune, un facteur explicatif ultra dominant au point que l’auteur peut parler à propos d’une situation d’un « art de l’effacement » au service d’une « convergence de l’interprétation ». Deux petites réserves sur cette partie qui n’enlèvent rien à sa nouveauté. L’auteur ne prend pas en compte les réticences suscitées par le développement du milieu ouvert qui se manifeste, par exemple, par une inversion des priorités budgétaires (si le premier plan entend développer les équipements de proximité donc le milieu ouvert, le second lance un vaste programme de construction d’internats ruraux). L’étude des liens entre le milieu ouvert et les autres formes de prise en charge des mineurs de justice est insuffisamment creusée sauf dans les ultimes chapitres où Jean-Pierre Jurmand s’interroge sur un modèle, qui, au moment même où il triomphe au mitan des années 1970, entre en crise.

Dans une conclusion fort stimulante, l’auteur resitue son travail dans le temps long de l’histoire de la justice des mineurs.

Cette analyse de la naissance et du développement du milieu ouvert est véritablement neuve et constitue un apport essentiel à l’histoire de la justice des mineurs. Ce travail mérite d’être valorisé et de sortir de la confidentialité des bibliothèques universitaires.

JURMAND, Jean-Pierre. Le milieu ouvert. Construction d’un modèle social de la justice des mineurs en France (1890-1970). Thèse d’histoire, Université d’Angers, 2012.

Jean-Jacques Yvorel

Jean-Jacques Yvorel, docteur en histoire, est chercheur à l’École Nationale de protection judiciaire de la jeunesse à Roubaix. Il participe à ANR Sciencepeine [Sciences, savoirs et politiques de l’exécution des peines en France. (1911-2011)]. Il est chercheur associé au Centre de recherche sur le XIXe siècle et au CESDIP et au Centre de recherche historique sur le XIXe siècle. Il travaille actuellement sur l’histoire de la déviance juvénile et de son traitement. Il est co-rédacteur en chef de la Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière ». Il a notamment codirigé Les âmes mal nées. Jeunesse et délinquance urbaine en France et en Europe (XIXe-XXe siècles) (Presses universitaire de Franche-Comté, 2008) et Les Jeunes et la sexualité (Autrement, 2010).

More Posts

Les prisons pour mineurs

Gilles Chantraine et son équipe ont mené, pendant deux ans, une enquête sur les prisons pour mineurs. Cette recherche a visé « à saisir conjointement les expériences de réclusion, les pratiques professionnelles et les controverses publiques ».

Cette recherche combine un travail ethnographique, 120 entretiens réalisés avec des professionnels et des jeunes, 2 séries d’entretiens collectifs avec des professionnels des EPM, une analyse comparative des controverses publiques relatives aux prisons pour mineurs en France, en Belgique et en Allemagne.

Le rapport se divise en trois parties : la première est relative aux controverses publiques, politiques et professionnelles, la seconde traite des conditions de vie et de travail au sein des quartiers mineurs de maison d’arrêt, la troisième s’attache au « monde social » des EPM. Les 4 chapitres de la dernière partie (surveiller/observer, affecter/différencier, éduquer/punir, soigner/instruire) explicitent tant les pratiques professionnelles et les différentes représentations du travail qui leur donnent sens que les modalités selon lesquelles s’organise, sur le plan institutionnel, le parcours des jeunes détenus en détention et au-delà.

Le chapitre éduquer/punir pose la question d’une éducation possible en prison, dès lors que la sanction disciplinaire reste « un privilège sécuritaire de l’administration pénitentiaire », et qu’une partie des éducateurs n’investit pas l’espace de détention, considérant qu’on ne peut vraiment éduquer qu’en dehors de la prison. En recherchant la socialisation des jeunes à travers une « prise en charge globale », qui mobilise des professionnels de différents secteurs, en produisant un continuum punitif entre diverses modalités de sanction (donnant-donnant, « mesures éducatives », régimes différenciés, régime disciplinaire) et en ayant recours à une architecture spécifique permettant de gérer les rapports sociaux par une fragmentation de l’espace, les EPM produiraient une technologie douce participant d’un gouvernement par les subjectivités et contribueraient à une forme paradoxale de retotalitarisation de l’institution.

 

 Gilles Chantraine (Dir.), avec Nicolas Sallée, David Scheer, Grégory Salle, Abraham Franssen et Gaëtan Cliquennois.
« Les prisons pour mineurs. Controverses sociales, pratiques professionnelles, expériences de réclusion », rapport pour la mission de recherche Droit et Justice, Clersé, 2011, 534p.

Hélène Cheronnet

Hélène CHERONNET est chercheure à l'ENPJJ et membre du laboratoire CLERSE (UMR 8019). Elle mène ses recherches actuelles dans le cadre du projet Space Control : Logiques et dynamiques du contôle socio-spatial des jeunes des classes populaires (ANR Espace et territoires : les énigmes de la vie spatiale en société. Sociologue des professions et des politiques publiques, ses publications concernent la professionnalisation des cadres de l'éducation spécialisée et des médecins psychiatres chefs de secteur ainsi que la territorialisation de l'action publique en santé mentale.

More Posts