Retour d’expérience sur les bénéfices de la justice restaurative

Dans cet article, l’auteur présente au travers d’un cas d’homicide les expériences vécues par les auteurs d’infractions et les victimes durant leurs parcours judiciaire et leurs participations à une médiation. Cet article apporte un éclairage sur les bénéfices de la justice restaurative notamment dans le cadre de l’avènement de faits tragiques et violents. L’article mêle subtilement des théories criminologiques sur les conséquences du meurtre, les apports et les limites de la justice restaurative, à des données qualitatives recueillies à la suite de la médiation. Ce qu’il est intéressant de souligner résulte dans les conséquences vécues par les victimes et de considérer les apports criminologiques de la justice restaurative dans ces situations, au demeurant rarissimes, qui jusqu’alors ont été peu développés. Quand bien même une réponse pénale a été donnée (peine d’emprisonnement) par l’autorité judiciaire aux meurtriers, les sœurs de la victime expriment de la colère et des incompréhensions à l’égard de la machine pénale qui selon elle n’a pas apporté les réponses qu’elles attendaient. De plus, ce meurtre a connu une large couverture médiatique conduisant les victimes, en plus du processus judiciaire, à revivre l’enquête et le procès sans qu’il n’y ait davantage d’éclairage sur l’affaire. Les traumatismes ainsi générés par l’homicide ont alors eu des conséquences sur leur santé psychique et morale (insomnie, irritabilité, colère, manque de concentration, alcoolisme, dépression). Une victimisation secondaire à laquelle s’ajoute une profonde frustration. Du coté des auteurs d’infraction, les médias ont contribué à répandre une image « mauvaise » de ces derniers les étiquetant comme des « monstres ». L’intervention d’un « dialogue restauratif », l’échange des émotions, les questions du « pourquoi » et du « comment » et leurs réponses, ont mené la famille de la victime à avoir une meilleure compréhension de l’évènement et à se défaire de certaines représentations. La justice restaurative mène alors vers un apaisement social aussi bien du côté de la victime que chez l’auteur de l’infraction. Ce processus pourrait intéresser les pratiques du secteur judiciaire et para judiciaire de la protection judiciaire de la jeunesse.

WALTERS Marc Austin, « I thought « he’s a monster »…[But] he was just…normal », The Bristish Journal of Criminology, novembre 2015, vol. 55, n°6, pp. 1207-1224.

Jessica Filippi

Enseignante Chercheure en Criminologie à l'École Nationale de la Protection Judiciaire de la Jeunesse

More Posts

L’empathie ne mène pas nécessairement à une conduite morale

Jean Decety, professeur de neuropsychologie à l’Université de Chicago le constate, l’empathie est devenue un thème central dans la presse et la recherche scientifique. Son article consiste à discuter la thèse dominante selon laquelle l’empathie mènerait inévitablement à des jugements et à des comportements moraux. Afin de relativiser cette thèse, le chercheur franco-américain invite à faire la distinction entre trois types d’empathie : le partage affectif, la préoccupation empathique et la prise de perspective. Le partage affectif ou contagion émotionnelle qui est propre à de nombreux animaux consiste à réagir émotionnellement aux besoins d’autrui. La préoccupation empathique concerne l’ensemble des mammifères qui bénéficient du même circuit neuronal leur permettant de répondre aux besoins de leurs petits. Plus largement, la motivation pour aider les autres est profondément ancrée dans notre biologie et se développe très tôt dans l’enfance. Le mécanisme de la préoccupation empathique est distinct du partage affectif. Enfin, la prise de perspective ou empathie cognitive est la capacité de se mettre consciemment à la place d’un autre individu afin de comprendre ce que cette personne ressent et comprend. Cette aptitude relevant, notamment, du cortex préfrontal exige un travail d’attention et de mémoire.
Contrairement au sens commun le partage affectif ne conduit pas à une attitude morale. Il s’attache prioritairement aux proches, aux membres de son groupe. L’ocytocine, naïvement décrite comme l’hormone morale, engagée dans la préoccupation empathique renforce la tendance à privilégier les membres de son groupe. En réalité, souligne Decety, l’empathie est fortement influencée par des considérations sociales. Certes, il n’est pas douteux que nous sommes des animaux dont les comportements ont été génétiquement sélectionnés. Ils étaient adaptées pour les besoins de nos ancêtres qui vivaient dans de petites communautés. Dans des sociétés élargies comme le sont les sociétés modernes, l’empathie a besoin de la raison pour sortir de notre groupe restreint et parvenir à l’éthique de la justice.

Référence : DECETY Jean. « Empathy, Justice, and Moral Behavior ». The American Journal of Bioethics. Août 2015.

Les interventions des agents de probation vers la voie du désistement

Il est difficile d’affirmer avec certitude que la trajectoire délinquante d’un auteur d’infraction est terminée. Dans l’article d’Isabelle F. Dufour, il est question du désistement des auteurs d’infraction pour lesquels une peine d’emprisonnement avec sursis a été prononcée. L’emprisonnement avec sursis suit principalement deux objectifs : contrôler le comportement des auteurs d’infraction afin de garantir la sécurité sociale et réinsérer socialement le détenu. Cependant, l’emprisonnement avec sursis et la prise en charge suffisent-ils à désister les sursitaires dans leur trajectoire délinquante ? L’abandon de la carrière délinquante est un processus qui peut être facilité ou contrecarré par des facteurs agentiels (identité personnelle, social, projets de vie, valeurs constitutives) et/ou structurels (position sociale involontaire, coûts des opportunités, accès aux ressources, nature du réseau social). Sur la dimension de la prise en charge des auteurs d’infraction, il existe de nombreuses études qui mettent en lien les effets individuels des traitements psycho-sociaux et le désistement mais peu voire aucune ne révèle le rôle des agents de probation sur la désistance des détenus sursitaires.  L’étude d’Isabelle F. Dufour, donne le point de vue de 22 sursitaires sur les interventions prodiguées par les agents de probation. La méthodologie est intéressante en ce que les questions posées ont été volontairement indirectes, aucune question ne porte sur la perception des interventions prodiguées par les agents de probation. Il est constaté que le désistement dépend de la catégorisation des « désisteurs ». L’étude révèle que l’accompagnement, l’encouragement des efforts des sursitaires et l’attitude pro sociale des agents de probation contribuent à la désistance des usagers.
La prise en charge des auteurs d’infraction, quel que soit leur âge, prodiguée par des professionnels bienveillants et exemplaires dans leurs interactions par des attitudes pro-sociales, contribue à l’instauration d’un climat propice à la désistance auprès des usagers.

Isabelle F. Dufour, « Le désistement assisté », In Criminologie, volume 48, n°2, 2015, pp. 265-284

Jessica Filippi

Enseignante Chercheure en Criminologie à l'École Nationale de la Protection Judiciaire de la Jeunesse

More Posts

Je dis que je m’aime parce que je ne m’aime pas assez

Cette étude suisse s’inscrit dans le champ controversé des travaux psychologiques sur le lien entre l’estime de soi et les comportements agressifs à l’adolescence. En effet, la littérature sur le sujet abonde de résultats contradictoires : si certains chercheurs sont parvenus à montrer qu’une faible estime de soi favorisait les réactions agressives, d’autres ont également indiqué qu’une forte estime de soi était associée à davantage d’agressivité. Cependant, une des limites de ces études vient de ce qu’elles utilisent le plus souvent des mesures explicites de l’estime de soi (par questionnaire), susceptibles d’être biaisées par des stratégies de présentation de soi. Or il existe une catégorie de personnes ayant une estime d’elles-mêmes dite « défensive », c’est-à-dire une forte estime de façade qui vient en fait compenser une fragilité narcissique plus profonde et pas nécessairement consciente. Ces personnes ont tendance à répondre positivement aux mesures explicites d’estime de soi.
La présente étude apporte une contribution intéressante à ce champ en montrant, à l’aide d’un échantillon de 118 adolescents, que le lien entre l’estime de soi et l’agressivité réactive (l’agressivité impulsive qui apparaît dans des situations de frustration et de colère) dépend, entre autres, de la manière retenue par les chercheurs pour évaluer l’estime de soi. En plus d’une mesure explicite, les auteurs ont donc utilisé une tâche expérimentale pour mesurer l’estime de soi. Très schématiquement, cette tâche d’association implicite, réalisée avec un ordinateur, demande aux sujets de classer le plus rapidement possible des mots positifs ou négatifs et des mots reliés à soi ou non. Comme les personnes ayant une plus faible estime d’elles-mêmes ne s’attribuent pas automatiquement les qualificatifs positifs, il leur faut plus de temps pour répondre lorsque les mots positifs et reliés à soi doivent être classés dans la même catégorie (le temps d’inhiber les processus automatiques d’association négative).
Les résultats (tous ne sont pas présentés ici) montrent que, quel que soit le niveau explicite d’estime de soi évalué par questionnaire, la mesure implicite expérimentale est associée à un niveau d’agressivité réactive plus élevée. Par conséquent, la distinction entre l’estime de soi de façade, celle que les individus affichent, et l’estime de soi profonde, celle qui apparaît dans des mesures explicites, semble pertinente lorsque l’on s’intéresse au lien entre l’estime de soi et l’agressivité. Cette distinction semble également pertinente pour comprendre la situation des jeunes pris en charge par la Protection Judiciaire de la Jeunesse, qui affichent parfois une grande confiance en eux… simplement par stratégie défensive.

Référence : SUTER, M., URBEN, S., PIHET, S., BERTONI, C., & DE RIDDER, J. « Implicit and Explicit Self-esteem as Predictors of reactive and proactive aggression in adolescent boys and girls ». Journal of Adolescent and Family Health, 7(2), septembre 2015.

Disponible sur : http://scholar.utc.edu/jafh/vol7/iss2/1

Mael Virat

Chercheur en psychologie à l'Ecole Nationale de Protection Judiciaire de la Jeunesse

More Posts

Scolarité des enfants placés : quelles attentes des professionnels anglais et français ?

Cet article présente des résultats d’une recherche comparative entre la France et l’Angleterre centrée sur les attentes en matière de scolarité des éducateurs spécialisés qui travaillent auprès de jeunes placés en établissement collectif par les services sociaux.
Si la littérature anglaise a déjà identifié la faiblesse des attentes des suppléants familiaux professionnels, la recherche française a elle très peu exploré cette dimension jusqu’à présent. Cet article est donc une contribution très intéressante à une meilleure compréhension des « faibles aspirations » des professionnels anglais et français concernant la scolarité des enfants dont ils ont la charge et leurs conséquences sur l’accompagnement scolaire mis en œuvre.
A partir, d’une part, d’une soixantaine d’entretiens menés avec différents professionnels anglais et français exerçant en Maisons d’enfants à caractère social en France (MECS) et en Residential units en Angleterre, et d’autre part des dossiers administratifs des jeunes, les deux chercheurs ont analysé « ce qu’ils retiennent des parcours socio-scolaires des jeunes et de leurs difficultés ».
Il résulte notamment de cette analyse que les attentes des éducateurs sont influencées par les représentations largement négatives qu’ils se font des trajectoires socio-scolaires des enfants placés. Ils imputent leurs difficultés scolaires aux traumatismes liés aux maltraitances, à la famille vue comme un cadre défaillant et à la responsabilité des jeunes dans leur parcours scolaire. « Les professionnels anglais et français évoquent ainsi quasi-exclusivement des causes exogènes au placement pour tenter d’expliquer l’importance des difficultés scolaires (…) .» De ce fait, ils se sentent impuissants à agir sur ces causes et sont une majorité à occulter le fait que leurs propres pratiques, dans une perspective d’accompagnement scolaire, pourraient avoir un impact positif sur la scolarité des jeunes.
Les auteurs constatent alors que la faiblesse des attentes des professionnels, leur manque d’ambition scolaire pour des jeunes et leur manque d’implication dans leur accompagnement peuvent contribuer au désengagement scolaire de ces jeunes pour lesquels soutien et encouragement dans le cadre d’un placement sont des éléments qui concourent à la réussite de leurs parcours scolaire. D’où la nécessité, soulignée par B. Denecheau et C. Blaya dans leur article, de mieux former les professionnels de l’éducation aux aspects et aux enjeux scolaires du parcours des jeunes pris en charge afin de développer des démarches positives et ambitieuses contre des représentations encore trop négatives et stigmatisantes.

Référence: DENECHEAU Benjamin, BLAYA Catherine. Les attentes des éducateurs sur la scolarité des enfants placés en France et en Angleterre. Une estimation des possibles a minima. Les Sciences de l’éducation – Pour l’Ère nouvelle, vol. 47, n°4, 2014, pp. 69-91.

Delphine Bruggeman

Maître de Conférences en Sciences de l’Éducation à l'Université de Lille 3, Delphine Bruggeman est actuellement détachée en tant que chercheure à la Direction de la Recherche de l'ENPJJ-Roubaix. Elle est également membre de l'équipe de recherche Proféor-CIREL à Lille 3. Ses recherches s'inscrivent dans le champ de l'éducation familiale et de l'analyse du travail éducatif et socio-éducatif. Elles portent notamment sur les processus de scolarisation et la scolarité des enfants roms, mais aussi sur le décrochage et le raccrochage scolaires d'élèves dits en difficultés.

More Posts

Pratiques parentales et récidive

Cette étude s’intéresse au lien entre les pratiques parentales et la délinquance d’adolescents suivis par la justice américaine. Plus précisément, elle évalue l’effet de quatre variables parentales sur la récidive d’adolescents de 12-17 ans ayant été incarcérés. Pour cela, 91 parents ont répondu à des questionnaires dans lesquels ils devaient évaluer la fréquences de certaines de leurs pratiques éducatives.
La première variable est l’implication/supervision parentale qui s’appuie sur des items tels que « vous vous intéressez à ce que votre enfant à prévu de faire dans les jours qui suivent » ou « vous discutez amicalement avec votre enfant ». Les parents enquêtés déclarent une implication/supervision peu importante. La seconde variable, à l’opposé, porte sur la permissivité et inclut des items tels que « votre enfant ne vous dit pas où il va quand il sort » ou « votre enfant n’a pas d’heure de retour lorsqu’il sort ». Les parents interrogés se disent relativement permissifs. Ensuite, le questionnaire s’intéresse aux pratiques positives, à travers des items comme « quand votre enfant a fait du bon boulot, vous le lui faîtes savoir » ou « vous complimentez et félicitez votre enfant ». Les résultats indiquent que les parents enquêtés ont peu recours à ces pratiques positives. Enfin, la quatrième variable porte sur la discipline inconsistante avec des items du type « vous menacez de punir votre enfant et finalement ne le faîtes pas » ou « les punitions que vous donnez dépendent de votre humeur ». Les réponses montrent un niveau relativement élevé de discipline inconsistante au sein de l’échantillon.
Surtout, l’étude montre le lien entre chacune de ces variables et l’implication dans la délinquance, évaluée à travers une estimation du taux de récidive. L’implication/supervision et les pratiques positives protègent contre la récidive alors que la permissivité et la discipline inconsistante en augmentent le risque.
Ces résultats sur la récidive viennent étayer une littérature abondante sur le lien entre les pratiques parentales et le passage à l’acte délinquant. Ils rappellent l’importance, avec les adolescents sous main de justice et dont les relations avec les parents sont parfois très dégradées, de l’accompagnement familial et du soutien à la parentalité. Par conséquent, l’incarcération ou le placement des adolescents, qui ne sont pas en mesure de soutenir la restauration du tissu familial et social, ne peuvent suffire.

Référence : WILLIAMS, R. G., & SMALLS, E. W. « Exploring a Relationship between Parental Supervision and Recidivism among Juvenile Offenders at a Juvenile Detention Facility ». International Social Science Review, 90(2), avril 2015. Disponible sur : http://digitalcommons.northgeorgia.edu/issr/

Mael Virat

Chercheur en psychologie à l'Ecole Nationale de Protection Judiciaire de la Jeunesse

More Posts

La désistance des adolescents délinquants est aussi une question de maturation psychologique

Cette étude de Steinberg, Cauffman et Manahan sur la désistance, réalisée pour le compte de l’Office of Juvenile Justice and Delinquency Prevention (équivalent américain de la Protection Judiciaire de la Jeunesse) vient compléter de manière novatrice les approches sociologiques classiques en criminologie qui, comme celle de Sampson et Laub (2003), attribuent la désistance aux changements de rôle et de statut social (tels que mariage, emploi, parentalité). Elle prend une perspective résolument psychologique et développementale en s’appuyant sur le concept de maturation psychologique. Cette maturation est étayée par la maturation cérébrale et définie comme le développement de trois composantes : la capacité à réguler son impulsivité et son agressivité, la capacité à changer de point de vue (adopter le point de vue d’autrui et prendre en compte sa propre situation future) et la capacité à résister à l’influence des pairs et reconnaître sa responsabilité propre.
À partir de données recueillies auprès de 1354 adolescents délinquants suivis pendant 7 ans, les auteurs font plusieurs constats. Tout d’abord, la maturation psychologique ne s’arrête pas à 18 ans mais se poursuit jusqu’au début, voire au milieu, de la vingtaine. Les adolescents, même les plus délinquants, souvent stigmatisés, sont donc amenés à évoluer. Ensuite, la maturité psychologique permet d’expliquer les différents profils d’adolescents délinquants (délinquance basse/modérée/sévère). Enfin, la maturation progressive permet d’expliquer la désistance différentielle des différents groupes (désistance rapide/tardive/persistance).
Ces résultats sont compatibles avec les théories criminologiques de Gottfredson et Hirschi (1990) ou Moffit (1993) sur le rôle du contrôle de soi, dont le développement est propre à l’adolescence, dans le phénomène de désistance et suggèrent que la justice juvénile doit favoriser la maturation psychologique. Cela invite à discuter de la pertinence relative des différentes mesures judiciaires.

Référence : STEINBERG, L., CAUFFMAN, E., & MONAHAN, K. C. « Psychological Maturity and Desistance From Crime in a Sample of Serious Juvenile Offenders. » Juvenile Justice Bulletin, Office of Juvenile Justice and Delinquency Prevention, mars 2015. Disponible sur : http://www.ojjdp.gov/pubs/248391.pdf

Mael Virat

Chercheur en psychologie à l'Ecole Nationale de Protection Judiciaire de la Jeunesse

More Posts

Homoparentalité, relations parents-enfants et développement

Cette étude anglaise, publiée en 2014 dans la revue Child Development, s’intéresse aux effets de l’homoparentalité sur le développement d’enfants adoptés de 4 à 8 ans. S’il existe quelques travaux scientifiques sur les enfants élevés par des mères lesbiennes, ce travail est l’un des premiers qui intègre dans son échantillon des couples d’hommes (41 couples d’hommes en plus de 40 couples de femmes et 49 couples hétérosexuels). Les résultats obtenus proviennent de trois sources : questionnaires et entretiens avec chacun des parents, observation des interactions parents-enfants et questionnaires remplis par les enseignants.
Tout d’abord, peu de différences au niveau des relations parents-enfants apparaissent, si ce n’est que les couples homosexuels masculins se montrent plus chaleureux et en interaction avec leurs enfants que les couples hétérosexuels. Ceci contredit l’idée selon laquelle les hommes auraient plus de difficultés à assurer une fonction de soutien affectif. Par ailleurs, l’évaluation des problèmes de comportement et d’hyperactivité témoigne d’une meilleure adaptation des enfants de couples homoparentaux, ce qui s’explique par le niveau de stress plus élevé chez les couples hétérosexuels de l’échantillon. En effet, le stress parental permet, bien plus que le type de couple parental, de comprendre les difficultés d’adaptation des enfants. Enfin, si les garçons et les filles de l’échantillon peuvent être différenciés en évaluant leurs comportements genrés (féminin/masculin), le type de couple parental n’a aucun effet sur ces comportements, ni pour les filles, ni pour les garçons. Cela soutient l’idée que l’orientation sexuelle des parents et, plus simplement, leur genre, ne détermine pas le développement psychologique et l’adoption de comportements genrés par les enfants.

Référence : GOLOMBOK, S., MELLISH, L., JENNINGS, S., CASEY, P., TASKER, F. & LAMB, M. E. «Adoptive Gay Fathers Families: Parent-Child Relationships and Children’s Psychological Adjustment.» Child Development, mars/avril 2014, 85 (2), 456-468.

Mael Virat

Chercheur en psychologie à l'Ecole Nationale de Protection Judiciaire de la Jeunesse

More Posts

Maman et vigilante !

À en croire les auteurs de cet article, de nombreuses études américaines questionnent les modalités de surveillance et de contrôle par les parents des comportements et habitudes de leurs adolescents.
L’étude ici conduite par Judith G. Smetana et Wendy M. Rote, très américaine dans le traitement des données, vise donc à décrire ce que souhaitent savoir les mères des activités, personnelles ou plus «conventionnellement répréhensibles», de leur progéniture. Sur le plan méthodologique, leurs conclusions prennent appui sur trois entretiens, menés durant un an, avec 169 mères élevant (pas nécessairement seules, mais c’est ici le « métier de maman » qui est expertisé) des adolescents âgés de 15 ans, dans deux villes du Nord-Est des États-Unis. La typologie des objets de surveillance met à jour trois types d’activité : les proprement personnelles (gestion de l’argent de poche, de la sociabilité numérique, du téléphone), celles qui par essence demandent prudence et vigilance (fumer de la marijuana, boire de l’alcool,etc.) et celles qui relèvent à la fois des deux aspects (l’intimité affective, accès à la pornographie).
L’étude conclut que plus les jeunes grandissent, plus la curiosité des mères diminue, en tout cas pour les activités personnelles. Leur vigilance reste accrue plus longtemps en ce qui concerne les activités répréhensibles, surtout quand des facteurs de risques environnementaux sont présents. La recherche met en valeur un cercle vertueux, qui veut qu’à la suite de risques de déviance repérés, le niveau de surveillance augmente, ainsi que le rapport d’autorité, jusqu’à la diminution des problèmes. Elle montre aussi une surveillance plus intense des adolescentes, et plus présente  au sein des familles les plus pauvres.
Dernier résultat intéressant, la corrélation entre surveillance et accès à l’autonomie. Une approche qualitative de cet échantillon révèle en effet une conscientisation de la nécessité pour les mères d’alléger leur vigilance, de se faire moins intrusives, en vue de favoriser l’autonomisation de leurs enfants.

Référence: SMETANA, Judith G.  et ROTE, Wendy M. «What do mothers want to know about teens’ activities ?» Journal of adolescence, Volume 38, Janvier 2015.

Les « séjours de rupture en milieu naturel » réduisent-ils la récidive des adolescents délinquants ?

Cet article s’intéresse aux programmes américains de « wilderness therapy » avec les adolescents délinquants, qui sont une sorte de « séjour de rupture en milieu naturel ».
Aux USA, les interventions les plus classiques en matière de justice juvénile se basent sur des approches par la parole et ont pour but d’aider les adolescents à comprendre leurs passages à l’acte pour pouvoir les éviter. A l’inverse, les programmes plus novateurs de « wilderness therapy » proposent des activités de groupe sous forme de défi en plein air visant, non pas à changer les comportements problématiques de l’adolescent, mais à développer ses compétences positives et son autonomie par le biais d’un changement de contexte. Il existe de très grandes variations quant à la durée de tels programmes « en nature » (quelques jours à quelques années).
L’article pose plusieurs questions, dont une seule est examinée ici : les programmes de « wilderness therapy » contribuent-ils à une diminution de la récidive des adolescents délinquants ? Pour répondre, les auteurs s’appuient sur un examen de la littérature scientifique très peu développée sur le sujet. Au final, ce sont seulement sept études quantitatives (menées auprès de quelques milliers d’adolescents), publiées entre 1990 et 2010, qui sont analysés (cf. tableau synthétique en fin d’article).
Les résultats, très variables selon les études, montrent que les programmes évalués peuvent, en comparaison d’interventions plus classiques, favoriser davantage la réduction de la récidive (évaluée jusqu’à deux ans plus tard à partir du nombre d’arrestations, du délai entre arrestations ou de la gravité des délits commis). Surtout, il apparaît que les programmes les plus longs sont ceux qui ont les résultats les plus importants.
Ces conclusions demeurent toutefois limitées, les études synthétisées n’ayant pas toutes recours à des conditions expérimentales suffisamment contrôlées.
En fin de compte, les auteurs s’étonnent, au vu du développement important des programmes de « wilderness therapy », que les études sur le sujet ne soient pas plus nombreuses. Surtout, une question demeure : comment expliquer les effets de ces programmes ? D’autres recherches sont attendues.

Référence : Clem, J. M., Prost, S. G., & Thyer, B. A. c: A Narrative Review. Journal of Adolescent and Family Health, janvier 2015, 7(1), article 2. Disponible sur : http://scholar.utc.edu/jafh/vol7/iss1/2 (consulté le 26 janvier 2015)

Mael Virat

Chercheur en psychologie à l'Ecole Nationale de Protection Judiciaire de la Jeunesse

More Posts