A propos Mael Virat

Chercheur en psychologie à l'Ecole Nationale de Protection Judiciaire de la Jeunesse

Motivation scolaire, résignation, fuite et rébellion

Dans cet article, signé par une équipe réunie autour du regretté Alain Lieury, une extension de la théorie de l’autodétermination est présentée. Rappelons que la théorie de l’autodétermination (proposée par Deci et Ryan au début des années 80) s’appuie notamment sur la distinction entre motivation intrinsèque, motivation extrinsèque et amotivation (très proche du concept de résignation). Elle sert de cadre théorique à des centaines d’études empiriques sur l’engagement et la réussite scolaire des adolescents.
Alors que les différentes formes de motivation pour l’activité scolaire sont la conséquence des sentiments d’autonomie et de compétence, l’amotivation apparaît quand l’élève ne se sent ni autonome ni compétent. Ici, les auteurs proposent de définir deux nouvelles formes de motivation négative, c’est-à-dire non-orientée vers la tâche scolaire. A côté de l’amotivation, on trouverait également la rébellion et la fuite. D’un point de vue théorique, les auteurs expliquent que la fuite apparaîtrait, comparativement à l’amotivation, dans des situations où l’élève se sent incompétent mais un peu plus autonome. A l’inverse, la rébellion apparaîtraient lorsque l’élève se sent un peu plus compétent.
Cette proposition intéressante n’est pas totalement étayée par les résultats obtenus auprès de 436 élèves de quatrième et troisième. En effet, la rébellion et la fuite se trouvent être corrélées au sentiment d’autonomie et au sentiment de compétence de la même manière que l’amotivation. En revanche, les auteurs remarquent qu’un autre déterminant possible de ces formes de motivation négatives, à savoir l’indifférence du professeur, serait plus prédictif de la rebéllion que de la fuite ou de l’amotivation. Une piste à creuser… qui intéressera ceux qui enseignent avec les adolescents les plus difficiles.

Référence : LIEURY, A., LORANT, S., VRIGNAUD, P., & FENOUILLET, F. (2015). Motivation, rébellion, fuite et injustice à l’école. Psychologie Française, 60(4), 317‑333, décembre 2015.

Mael Virat

Chercheur en psychologie à l'Ecole Nationale de Protection Judiciaire de la Jeunesse

More Posts

La place de l’attachement dans le travail éducatif

Le numéro 66 d’Enfances & Psy s’applique à démontrer, s’il en est encore besoin, l’intérêt de la théorie de l’attachement pour les professionnels de l’enfance. Parmi les contributions du numéro, plusieurs peuvent intéresser la Protection judiciaire de la jeunesse. L’article sur lequel s’ouvre le dossier (Dugravier et Barbey-Mintz, 2015) présente les principaux concepts développés par John Bowlby puis Mary Ainsworth. L’attachement est un système motivationnel qui s’active en situation d’insécurité, au travers de comportements tels que les cris ou les pleurs. Il permet de rétablir la proximité de l’enfant avec des figures adultes réconfortantes. La base de sécurité que fournissent les adultes (les caregivers) est nécessaire pour que l’enfant s’autorise à explorer l’environnement et favorise, à terme, un style d’attachement secure et une bonne adaptation psychosociale
Au contraire, et c’est ce que développe un autre article du numéro (Atger, 2015), un style d’attachement insecure est un facteur de psychopathologie, en particulier à l’adolescence. Le cas de Marie, hospitalisée à 17 ans pour anorexie mentale, l’illustre. Ses multiples fugues pour retourner au domicile parental peuvent être interprétées comme une tentative de retour vers un havre de sécurité que pourtant elle ne trouve pas, puisqu’elle fait face, à chaque fois, à la détresse de ses parents qu’elle vit comme un rejet. Cela rend difficile son apaisement et Marie a du mal à s’investir dans les activités thérapeutiques en hospitalisation. Avec le temps, cette situation évolue et le cadre thérapeutique permet de fournir à Marie une certaine base de sécurité complémentaire.
Cette question intéresse également le pédopsychiatre Romain Dugravier qui a interrogé deux juges des enfants sur les liens d’attachement entre jeunes placés et familles d’accueil. Les échanges montrent la difficulté, pour les juges, à évaluer quel danger est le plus important : rupture du lien d’attachement en cas de placement ou maintien d’un lien avec des adultes insécurisants. L’article pointe également la difficulté à concevoir le second lien, avec la famille d’accueil, comme complémentaire et non concurrentiel du premier, avec la famille d’origine. Enfin, le texte interroge le possible lien d’attachement entre un juge et les enfants qu’il suit.
Un autre article (Boyer-Vidal et Tereno, 2015) présente la théorie de l’attachement comme un outil pour les professionnels au contact de jeunes placés en foyer. Ceci permet d’insister, à partir d’exemples, sur la nécessité d’un engagement affectif des éducateurs. En effet ls assurent, parmi d’autres, une fonction de caregiving dont les quatre composantes, définies par Mary Ainsworth, sont la disponibilité, la sensibilité, l’acceptation et la coopération avec les adolescents.
Le dernier texte du dossier (Claudia et Dupuis, 2015) s’intéresse aux besoins d’attachement, non plus des enfants, mais des professionnels eux-mêmes. Les soignants concernés par l’étude travaillent dans une unité de pédopsychiatrie et vivent des situations professionnelles insécurisantes (conditions éprouvantes, manque de personnel, patients très difficiles, crises institutionnelles, etc.) susceptibles d’activer leur propre système d’attachement. L’article propose d’interpréter certains de leurs comportements (plaintes, critiques, résistances, etc.) comme une manifestation de leurs besoins d’attachement. L’institution peut, selon les réponses qu’elle donne (écoute, soutien, protection, etc.), jouer le rôle d’une figure d’attachement plus ou moins sécurisante et soutenir ainsi leur investissement avec les adolescents.

Ce compte-rendu a été écrit par Aurélien Courtin, Géraldine Hedin, Christophe Lecomte et Cédric Rossy, professeur(e)s techniques de la Protection judiciaire de la jeunesse.

Référence : Théorie de l’attachement. De la dépendance à l’autonomie… Dossier coordonné par R. DUGRAVIER, O. FAURE-FILLASTRE et A.-S. BARBEY-MINTZ, Enfances & Psy, 66(2), septembre 2015.

Mael Virat

Chercheur en psychologie à l'Ecole Nationale de Protection Judiciaire de la Jeunesse

More Posts

Je dis que je m’aime parce que je ne m’aime pas assez

Cette étude suisse s’inscrit dans le champ controversé des travaux psychologiques sur le lien entre l’estime de soi et les comportements agressifs à l’adolescence. En effet, la littérature sur le sujet abonde de résultats contradictoires : si certains chercheurs sont parvenus à montrer qu’une faible estime de soi favorisait les réactions agressives, d’autres ont également indiqué qu’une forte estime de soi était associée à davantage d’agressivité. Cependant, une des limites de ces études vient de ce qu’elles utilisent le plus souvent des mesures explicites de l’estime de soi (par questionnaire), susceptibles d’être biaisées par des stratégies de présentation de soi. Or il existe une catégorie de personnes ayant une estime d’elles-mêmes dite « défensive », c’est-à-dire une forte estime de façade qui vient en fait compenser une fragilité narcissique plus profonde et pas nécessairement consciente. Ces personnes ont tendance à répondre positivement aux mesures explicites d’estime de soi.
La présente étude apporte une contribution intéressante à ce champ en montrant, à l’aide d’un échantillon de 118 adolescents, que le lien entre l’estime de soi et l’agressivité réactive (l’agressivité impulsive qui apparaît dans des situations de frustration et de colère) dépend, entre autres, de la manière retenue par les chercheurs pour évaluer l’estime de soi. En plus d’une mesure explicite, les auteurs ont donc utilisé une tâche expérimentale pour mesurer l’estime de soi. Très schématiquement, cette tâche d’association implicite, réalisée avec un ordinateur, demande aux sujets de classer le plus rapidement possible des mots positifs ou négatifs et des mots reliés à soi ou non. Comme les personnes ayant une plus faible estime d’elles-mêmes ne s’attribuent pas automatiquement les qualificatifs positifs, il leur faut plus de temps pour répondre lorsque les mots positifs et reliés à soi doivent être classés dans la même catégorie (le temps d’inhiber les processus automatiques d’association négative).
Les résultats (tous ne sont pas présentés ici) montrent que, quel que soit le niveau explicite d’estime de soi évalué par questionnaire, la mesure implicite expérimentale est associée à un niveau d’agressivité réactive plus élevée. Par conséquent, la distinction entre l’estime de soi de façade, celle que les individus affichent, et l’estime de soi profonde, celle qui apparaît dans des mesures explicites, semble pertinente lorsque l’on s’intéresse au lien entre l’estime de soi et l’agressivité. Cette distinction semble également pertinente pour comprendre la situation des jeunes pris en charge par la Protection Judiciaire de la Jeunesse, qui affichent parfois une grande confiance en eux… simplement par stratégie défensive.

Référence : SUTER, M., URBEN, S., PIHET, S., BERTONI, C., & DE RIDDER, J. « Implicit and Explicit Self-esteem as Predictors of reactive and proactive aggression in adolescent boys and girls ». Journal of Adolescent and Family Health, 7(2), septembre 2015.

Disponible sur : http://scholar.utc.edu/jafh/vol7/iss2/1

Mael Virat

Chercheur en psychologie à l'Ecole Nationale de Protection Judiciaire de la Jeunesse

More Posts

Pratiques parentales et récidive

Cette étude s’intéresse au lien entre les pratiques parentales et la délinquance d’adolescents suivis par la justice américaine. Plus précisément, elle évalue l’effet de quatre variables parentales sur la récidive d’adolescents de 12-17 ans ayant été incarcérés. Pour cela, 91 parents ont répondu à des questionnaires dans lesquels ils devaient évaluer la fréquences de certaines de leurs pratiques éducatives.
La première variable est l’implication/supervision parentale qui s’appuie sur des items tels que « vous vous intéressez à ce que votre enfant à prévu de faire dans les jours qui suivent » ou « vous discutez amicalement avec votre enfant ». Les parents enquêtés déclarent une implication/supervision peu importante. La seconde variable, à l’opposé, porte sur la permissivité et inclut des items tels que « votre enfant ne vous dit pas où il va quand il sort » ou « votre enfant n’a pas d’heure de retour lorsqu’il sort ». Les parents interrogés se disent relativement permissifs. Ensuite, le questionnaire s’intéresse aux pratiques positives, à travers des items comme « quand votre enfant a fait du bon boulot, vous le lui faîtes savoir » ou « vous complimentez et félicitez votre enfant ». Les résultats indiquent que les parents enquêtés ont peu recours à ces pratiques positives. Enfin, la quatrième variable porte sur la discipline inconsistante avec des items du type « vous menacez de punir votre enfant et finalement ne le faîtes pas » ou « les punitions que vous donnez dépendent de votre humeur ». Les réponses montrent un niveau relativement élevé de discipline inconsistante au sein de l’échantillon.
Surtout, l’étude montre le lien entre chacune de ces variables et l’implication dans la délinquance, évaluée à travers une estimation du taux de récidive. L’implication/supervision et les pratiques positives protègent contre la récidive alors que la permissivité et la discipline inconsistante en augmentent le risque.
Ces résultats sur la récidive viennent étayer une littérature abondante sur le lien entre les pratiques parentales et le passage à l’acte délinquant. Ils rappellent l’importance, avec les adolescents sous main de justice et dont les relations avec les parents sont parfois très dégradées, de l’accompagnement familial et du soutien à la parentalité. Par conséquent, l’incarcération ou le placement des adolescents, qui ne sont pas en mesure de soutenir la restauration du tissu familial et social, ne peuvent suffire.

Référence : WILLIAMS, R. G., & SMALLS, E. W. « Exploring a Relationship between Parental Supervision and Recidivism among Juvenile Offenders at a Juvenile Detention Facility ». International Social Science Review, 90(2), avril 2015. Disponible sur : http://digitalcommons.northgeorgia.edu/issr/

Mael Virat

Chercheur en psychologie à l'Ecole Nationale de Protection Judiciaire de la Jeunesse

More Posts

La désistance des adolescents délinquants est aussi une question de maturation psychologique

Cette étude de Steinberg, Cauffman et Manahan sur la désistance, réalisée pour le compte de l’Office of Juvenile Justice and Delinquency Prevention (équivalent américain de la Protection Judiciaire de la Jeunesse) vient compléter de manière novatrice les approches sociologiques classiques en criminologie qui, comme celle de Sampson et Laub (2003), attribuent la désistance aux changements de rôle et de statut social (tels que mariage, emploi, parentalité). Elle prend une perspective résolument psychologique et développementale en s’appuyant sur le concept de maturation psychologique. Cette maturation est étayée par la maturation cérébrale et définie comme le développement de trois composantes : la capacité à réguler son impulsivité et son agressivité, la capacité à changer de point de vue (adopter le point de vue d’autrui et prendre en compte sa propre situation future) et la capacité à résister à l’influence des pairs et reconnaître sa responsabilité propre.
À partir de données recueillies auprès de 1354 adolescents délinquants suivis pendant 7 ans, les auteurs font plusieurs constats. Tout d’abord, la maturation psychologique ne s’arrête pas à 18 ans mais se poursuit jusqu’au début, voire au milieu, de la vingtaine. Les adolescents, même les plus délinquants, souvent stigmatisés, sont donc amenés à évoluer. Ensuite, la maturité psychologique permet d’expliquer les différents profils d’adolescents délinquants (délinquance basse/modérée/sévère). Enfin, la maturation progressive permet d’expliquer la désistance différentielle des différents groupes (désistance rapide/tardive/persistance).
Ces résultats sont compatibles avec les théories criminologiques de Gottfredson et Hirschi (1990) ou Moffit (1993) sur le rôle du contrôle de soi, dont le développement est propre à l’adolescence, dans le phénomène de désistance et suggèrent que la justice juvénile doit favoriser la maturation psychologique. Cela invite à discuter de la pertinence relative des différentes mesures judiciaires.

Référence : STEINBERG, L., CAUFFMAN, E., & MONAHAN, K. C. « Psychological Maturity and Desistance From Crime in a Sample of Serious Juvenile Offenders. » Juvenile Justice Bulletin, Office of Juvenile Justice and Delinquency Prevention, mars 2015. Disponible sur : http://www.ojjdp.gov/pubs/248391.pdf

Mael Virat

Chercheur en psychologie à l'Ecole Nationale de Protection Judiciaire de la Jeunesse

More Posts

Homoparentalité, relations parents-enfants et développement

Cette étude anglaise, publiée en 2014 dans la revue Child Development, s’intéresse aux effets de l’homoparentalité sur le développement d’enfants adoptés de 4 à 8 ans. S’il existe quelques travaux scientifiques sur les enfants élevés par des mères lesbiennes, ce travail est l’un des premiers qui intègre dans son échantillon des couples d’hommes (41 couples d’hommes en plus de 40 couples de femmes et 49 couples hétérosexuels). Les résultats obtenus proviennent de trois sources : questionnaires et entretiens avec chacun des parents, observation des interactions parents-enfants et questionnaires remplis par les enseignants.
Tout d’abord, peu de différences au niveau des relations parents-enfants apparaissent, si ce n’est que les couples homosexuels masculins se montrent plus chaleureux et en interaction avec leurs enfants que les couples hétérosexuels. Ceci contredit l’idée selon laquelle les hommes auraient plus de difficultés à assurer une fonction de soutien affectif. Par ailleurs, l’évaluation des problèmes de comportement et d’hyperactivité témoigne d’une meilleure adaptation des enfants de couples homoparentaux, ce qui s’explique par le niveau de stress plus élevé chez les couples hétérosexuels de l’échantillon. En effet, le stress parental permet, bien plus que le type de couple parental, de comprendre les difficultés d’adaptation des enfants. Enfin, si les garçons et les filles de l’échantillon peuvent être différenciés en évaluant leurs comportements genrés (féminin/masculin), le type de couple parental n’a aucun effet sur ces comportements, ni pour les filles, ni pour les garçons. Cela soutient l’idée que l’orientation sexuelle des parents et, plus simplement, leur genre, ne détermine pas le développement psychologique et l’adoption de comportements genrés par les enfants.

Référence : GOLOMBOK, S., MELLISH, L., JENNINGS, S., CASEY, P., TASKER, F. & LAMB, M. E. «Adoptive Gay Fathers Families: Parent-Child Relationships and Children’s Psychological Adjustment.» Child Development, mars/avril 2014, 85 (2), 456-468.

Mael Virat

Chercheur en psychologie à l'Ecole Nationale de Protection Judiciaire de la Jeunesse

More Posts

Les « séjours de rupture en milieu naturel » réduisent-ils la récidive des adolescents délinquants ?

Cet article s’intéresse aux programmes américains de « wilderness therapy » avec les adolescents délinquants, qui sont une sorte de « séjour de rupture en milieu naturel ».
Aux USA, les interventions les plus classiques en matière de justice juvénile se basent sur des approches par la parole et ont pour but d’aider les adolescents à comprendre leurs passages à l’acte pour pouvoir les éviter. A l’inverse, les programmes plus novateurs de « wilderness therapy » proposent des activités de groupe sous forme de défi en plein air visant, non pas à changer les comportements problématiques de l’adolescent, mais à développer ses compétences positives et son autonomie par le biais d’un changement de contexte. Il existe de très grandes variations quant à la durée de tels programmes « en nature » (quelques jours à quelques années).
L’article pose plusieurs questions, dont une seule est examinée ici : les programmes de « wilderness therapy » contribuent-ils à une diminution de la récidive des adolescents délinquants ? Pour répondre, les auteurs s’appuient sur un examen de la littérature scientifique très peu développée sur le sujet. Au final, ce sont seulement sept études quantitatives (menées auprès de quelques milliers d’adolescents), publiées entre 1990 et 2010, qui sont analysés (cf. tableau synthétique en fin d’article).
Les résultats, très variables selon les études, montrent que les programmes évalués peuvent, en comparaison d’interventions plus classiques, favoriser davantage la réduction de la récidive (évaluée jusqu’à deux ans plus tard à partir du nombre d’arrestations, du délai entre arrestations ou de la gravité des délits commis). Surtout, il apparaît que les programmes les plus longs sont ceux qui ont les résultats les plus importants.
Ces conclusions demeurent toutefois limitées, les études synthétisées n’ayant pas toutes recours à des conditions expérimentales suffisamment contrôlées.
En fin de compte, les auteurs s’étonnent, au vu du développement important des programmes de « wilderness therapy », que les études sur le sujet ne soient pas plus nombreuses. Surtout, une question demeure : comment expliquer les effets de ces programmes ? D’autres recherches sont attendues.

Référence : Clem, J. M., Prost, S. G., & Thyer, B. A. c: A Narrative Review. Journal of Adolescent and Family Health, janvier 2015, 7(1), article 2. Disponible sur : http://scholar.utc.edu/jafh/vol7/iss1/2 (consulté le 26 janvier 2015)

Mael Virat

Chercheur en psychologie à l'Ecole Nationale de Protection Judiciaire de la Jeunesse

More Posts

Comparaison de la performance de différentes théories dans la prédiction de la violence

Cette importante recherche publiée par Henriette Haas, psychologue à l’université de Zurich, et Maurice Cusson, criminologue à l’université de Montréal, vise à comparer la valeur prédictive de six différents modèles théoriques explicatifs de la violence, définie ici comme « l’agression physique intentionnelle ou la menace d’agression d’une autre personne ». Les données traitées par les chercheurs proviennent d’un échantillon impressionnant de 21 312 jeunes hommes suisses interrogés durant leurs premières semaines de service militaire. Les questionnaires auxquels ils ont été soumis, anonymes et conséquents (44 pages, 900 items), portaient d’une part sur différentes formes de violence agie et leurs fréquences au cours des 12 derniers mois, d’autre part sur des variables susceptibles d’expliquer la violence et se référant aux six modèles théoriques retenus (conflit social, association différentielle, choix rationnel, contrôle social, traumatisme infantile et psychopathologie). Des analyses statistiques ont ensuite été menées pour tester le pouvoir explicatif de chaque modèle, opérationnalisé à travers une série de variables. Par exemple, la théorie du contrôle social se traduit par plusieurs dizaines de variables, comme la cohésion familiale pendant l’enfance, la participation à des activités associatives, les déménagements, etc.
Les résultats indiquent que chacune des six théories a un pouvoir explicatif propre. De plus, la prise en compte des variables associées à l’ensemble des modèles (et non à chaque modèle pris isolément) permet de bien meilleures prédictions de la violence. Cela plaide donc pour une approche intégrative multifactorielle où les théories, souvent mises en opposition par leurs défenseurs, jouent plutôt des rôles complémentaires. Une telle approche sous-tend les modèles « bio-psycho-sociaux », tel celui de Steinert et Whittington (2013), qui tentent d’intégrer l’ensemble des facteurs criminogènes.

Référence : Haas, H., & Cusson, M. Comparing theories’ performance in predicting violence. in International Journal of Law and Psychiatry, janvier 2015. Disponible sur :
http://www.sciencedirect.com.gate3.inist.fr/science/article/pii/S0160252715000114 (consulté le 28 janvier 2015)

Mael Virat

Chercheur en psychologie à l'Ecole Nationale de Protection Judiciaire de la Jeunesse

More Posts