A propos Christelle Vanderplancke

Formatrice à l’Ecole nationale de protection judiciaire de la jeunesse. Auparavant, intervenante à l’IRTS de Loos (59) et à l’ EES de Lille (59). 25 ans d’expérience professsionnelle comme éducatrice spécialisée dans différents établissements.

Les enjeux contemporains de l’écriture

Cet article de Jacques Ladsous, vice-président du Conseil supérieur du travail social et vice-président des Centres d’entraînement aux méthodes d’éducation active (CEMEA), évoque l’expérience d’ateliers d’écriture dans une cité de la banlieue parisienne, « le Bois l’Abbé », en 2005 au moment des émeutes fortement médiatisées dans les banlieues.
La proposition qui a été faite par les animateurs de quartier consistait à mettre en mots les phénomènes de violence puissamment ressentis par les jeunes de cette cité via un support qui leur parle : le rap. Le groupe se rencontrait chaque mercredi de 14h à 16h et n’était pas constitué systématiquement des mêmes personnes d’où une participation de quarante à soixante jeunes, dont une quinzaine régulièrement présents durant une période de deux à trois mois.
Un écrivain journaliste, Gérard Streiff, a participé activement à la détermination d’un objectif commun : la conception d’un livre. Ce projet a rencontré un franc succès dans les quartiers et leur création, « L’inconnu du B.L.B » a même été éditée en 2009 chez Ères.
Si cet ouvrage a été qualifié de « polar », il est surtout révélateur d’une envie de vivre de ces jeunes sans être stigmatisés comme étant des personnes virulentes en quête de sens mais plutôt comme étant reconnus comme des individus capables de créativité au sein de territoires odorants, colorés, pluriculturels et festifs. Lieux qui permettent l’émergence d’une expérience humaine de qualité.
Si les moins enthousiastes ne perçoivent pas le lien entre de telles actions et des démarches de socialisation, l’auteur évoque ici l’exemple d’un des jeunes concernés par ce projet qui, devenu adulte, est auteur de scénarios. Il nous invite à évaluer la qualité formative de cette initiative : tous ont appris à s’exprimer et à être des vecteurs d’espoir, telles « quelques fugitives lumières (les lucioles) pour apaiser nos inquiétudes ».

Référence: Jacques LADSOUS extrait de « Vie sociale »: Enjeux contemporains d’écriture, Nouvelle série n°9, mars 2015, érès éditeur.

Christelle Vanderplancke

Formatrice à l’Ecole nationale de protection judiciaire de la jeunesse. Auparavant, intervenante à l’IRTS de Loos (59) et à l’ EES de Lille (59). 25 ans d’expérience professsionnelle comme éducatrice spécialisée dans différents établissements.

More Posts

A risque !

Dans cet article, les auteurs s’interrogent sur la responsabilité des chercheurs dans la distorsion des représentations sociales de l’adolescence et de la jeunesse en relation avec la terminologie moderne couramment utilisée de « jeunes à risque ».
Le postulat de départ de cette réflexion pourrait être emprunté à Albert Camus quand il affirmait que « mal nommer les choses, c’est ajouter à la misère du monde ».
Cet écrit est structuré en trois parties et conclut sur le positionnement du chercheur.
Dans la première partie, les auteurs démontrent que l’apparition de la catégorisation « jeunes à risque » est en lien avec le contexte post-moderne  du début des années 1980 marqués par des accidents industriels majeurs comme Bhopal en 1984, Tchernobyl en 1986.
Cette contingence sociohistorique s’accompagne d’un sentiment d’incertitude face à l’avenir avec l’apparition de la mondialisation des marchés, la dérèglementation liée au néolibéralisme transnational.
De ce fait, chaque groupe social peut être appréhendé comme groupe « à risque » pour autrui ou la société.
La seconde partie du texte démontre d’ailleurs que le terme « jeunes à risque », très largement présent ces dernières années dans les publications à caractère scientifique, s’est progressivement introduit dans le langage ordinaire.
Ainsi, les risques imputés aux jeunes ne résulteraient plus d’une observation empirique ni d’une pensée neutre mais plutôt d’un raisonnement probabiliste cherchant à anticiper les problèmes pour les prévenir ou les gérer.
La troisième partie de cet article est consacrée au contexte institutionnel qui façonne le travail du chercheur.
En effet, les auteurs démontrent que cette terminologie de « jeunes à risque » s’inscrit à la jonction des demandes institutionnelles (qui correspondent aux commandes rémunérées passées aux chercheurs par le biais du financement public) et des préoccupations des individus et des groupes.
Malgré les contraintes institutionnelles fortes, les auteurs veulent tenter de s’approprier un espace de liberté en travaillant avec les jeunes et pas au sujet des jeunes par « une approche méthodologique sous l’angle de la réciprocité intergénérationnelle » afin notamment de réduire les représentations et d’être davantage en adéquation avec la réalité de ces publics. Ceci représente un vrai défi !

Référence: CARON Caroline ; SOULIERE Marguerite.  Jeunes à risque : généalogie d’un langage problématique. Canadian Review of Sociology– volume 50, n°4. 2013 

Christelle Vanderplancke

Formatrice à l’Ecole nationale de protection judiciaire de la jeunesse. Auparavant, intervenante à l’IRTS de Loos (59) et à l’ EES de Lille (59). 25 ans d’expérience professsionnelle comme éducatrice spécialisée dans différents établissements.

More Posts

Des outils d’évaluations pour un accompagnement efficient

Dans cet article, Nicolas Favez présente les résultats de recherches en psychologie développementale et en psychothérapie, notamment depuis les années 90, qui mettent en relief l’importance des facteurs relationnels parentaux mais aussi familiaux dans le fonctionnement psychologique de l’enfant.

Cinq dimensions spécifiques du fonctionnement familial sont reprises ici et explicitées afin d’avoir une approche du développement psychologique de l’enfant en tenant compte de son contexte familial et en tentant de mesurer les interactions et leurs conséquences sur l’équilibre des enfants. Des instruments d’évaluation ont été mis en place, toutes orientations confondues (psycho-dynamique, cognitive-comportementale, systémique). Nicolas Favez fait ici le choix d’en présenter trois qui permettent d’évaluer la distance émotionnelle, la flexibilité, la communication, la bienveillance émotionnelle  et l’organisation temporelle. Ces trois méthodes et instruments d’évaluation sont :

– Le jeu tri-logique de Lausanne1 pour observer comment la triade père-mère-bébé permet ensemble la résolution d’une tâche et également quelles émotions sont exprimées et partagées entre les partenaires.

– L’échelle d’évaluation de la cohésion et de l’adaptabilité familiale2 concerne les familles avec enfant dès l’âge de 10 ans et est constitué de questionnaires très courts et rapidement exploitables.

– Le questionnaire de sécurité dans le sous-système parental3 développé pour évaluer comment l’enfant dés l’âge de 8 ans fait face au conflit entre ses parents. Ici c’est l’enfant lui-même qui répond au questionnaire constitué de 43 items évalués sur une échelle de 1 à 44.

Des effets significatifs des thérapies familiales qui se sont notamment appuyées sur ces instruments ont d’ailleurs pu être observés sur les troubles des conduites, la délinquance et les abus de substances chez les jeunes par exemple.

Cet article a donc le mérite de présenter des approches pertinentes lors de l’examen clinique des enfants et adolescents. Elles permettent l’évaluation des facteurs de risques et des facteurs protecteurs au sein du contexte familial où le jeune a grandi. Ces supports d’évaluation mériteraient d’être davantage connus et utilisés par les professionnels en France, de façon à apporter d’une part un éclairage scientifique aux dysfonctionnements familiaux mais aussi aux richesses familiales ; et à développer d’autre part des outils précieux au service des jeunes telle la mise en place du travail de guidance parentale, de prévention, d’accompagnement, etc.

Référence : FAVEZ Nicolas, « L’évaluation du contexte familial dans l’examen psychologique de l’enfant », Neuropsychiatrie de l’enfance et de l’adolescence n°3-Mai 2013-Vol 61-N°3, pp.176 à 181

1 Lausanne Trilogie Play (LTP)

2 Family Adaptability and Cohesion Evaluation Scales (FACES)

3 Security in the Interparental Subsystem Scale (SIS)

4Une version française de ce dernier instrument est actuellement en cours de validation.

Christelle Vanderplancke

Formatrice à l’Ecole nationale de protection judiciaire de la jeunesse. Auparavant, intervenante à l’IRTS de Loos (59) et à l’ EES de Lille (59). 25 ans d’expérience professsionnelle comme éducatrice spécialisée dans différents établissements.

More Posts

Conflits de loyauté et conflits psychiques

Yolande Govindama, psychologue et psychanalyste, professeur de psychologie clinique à l’Université de Rouen, directrice du service PMP-OSE-Paris1, expert à la cour d’appel de Paris et Martine de Maximy, magistrat honoraire, ancienne juge des enfants, ancienne présidente de la cour d’assise de Paris, proposent un article très intéressant. Les auteures considèrent que l’articulation de la clinique et du judiciaire dans leur dimension symbolique permet de traiter les conflits de loyauté et les conflits psychiques.
Les auteurs s’attachent à définir le concept de conflit de loyauté, notamment chez les enfants de l’ASE (Aide Sociale à l’Enfance), en s’interrogeant : « comment les pratiques des professionnels peuvent-elles être questionnées sur ce sujet, voire éclairées ? »
En s’appuyant sur les travaux de Boszormenyi-Nagy, systématicien, les auteures évoquent la loyauté entre enfants et parents et des situations hors normes où l’enfant est parentifié, ce qui engendre une loyauté verticale non maintenue. Le conflit de loyauté amène alors une indifférenciation générationnelle favorisant un contexte incestuel voire l’inceste lui-même. Le conflit de loyauté, tout comme le conflit psychique, amène l’individu à ne plus savoir se positionner face à des contradictions entre ses désirs et ses devoirs.
Les jeunes issus de familles immigrées peuvent également se retrouver dans des situations complexes. Ils ne veulent pas « trahir » les principes et la culture de leurs parents mais en même temps, ils grandissent sous l’influence de la culture occidentale. Ce conflit de loyauté peut être amplifié en cas de séparation des parents. En tant que professionnels, il est important d’avoir une double analyse de la situation tenant compte des apports de l’ethnologie et de la psychanalyse afin « de dissocier ce qui relève des croyances ordinaires de façon à accéder à l’inconscient » selon Devereux (1970).
Cet article, illustré également par trois cas cliniques, met en relief la nécessité d’un travail pluridisciplinaire à visée thérapeutique où juges et cliniciens ont chacun leur place pour aider un jeune à sortir d’un conflit où les projections inconscientes dans les relations interpersonnelles parents-enfants sont à prendre en compte.

Référence : GOVINDAMA Yolande et DE MAXIMY Martine. «Conflit de loyauté et conflit psychique. Une articulation anthropologique, clinique et judiciaire». Enfances et Psy, mars 2013, n°56, pp. 46-56.

1Protection Médiation Prévention – Œuvre de Secours aux Enfants.

Christelle Vanderplancke

Formatrice à l’Ecole nationale de protection judiciaire de la jeunesse. Auparavant, intervenante à l’IRTS de Loos (59) et à l’ EES de Lille (59). 25 ans d’expérience professsionnelle comme éducatrice spécialisée dans différents établissements.

More Posts