A propos Hélène Cheronnet

Hélène CHERONNET est chercheure à l’ENPJJ et membre du laboratoire CLERSE (UMR 8019). Elle mène ses recherches actuelles dans le cadre du projet Space Control : Logiques et dynamiques du contôle socio-spatial des jeunes des classes populaires (ANR Espace et territoires : les énigmes de la vie spatiale en société.

Sociologue des professions et des politiques publiques, ses publications concernent la professionnalisation des cadres de l’éducation spécialisée et des médecins psychiatres chefs de secteur ainsi que la territorialisation de l’action publique en santé mentale.

La discordance des temporalités dans la justice des mineurs

Ludovic Jamet s’intéresse au changement de paradigme qui affecte la justice pénale des mineurs. Celui-ci s’articule autour de trois axes : le rôle accru du parquet et le renforcement des mesures coercitives, l’accélération des réponses pénales, la diversification et la multiplication des services et des centres d’hébergement. Ces dispositifs instrumentaux innovants (nouvelles procédures pénales d’une part, nouveaux établissements et services éducatifs d’autre part) induisent des logiques temporelles d’action particulières qui véhiculent leurs propres principes techniques.
La thèse de l’auteur est que la discordance des temporalités (temporalité immédiate dans les services éducatifs auprès du tribunal, temporalité incertaine dans les foyers traditionnels, temporalité délimitée dans les centres d’éducation renforcé ou dans les centres fermés) menace la cohésion d’un secteur professionnel et la stabilité minimale des dispositions communes nécessaires à la cohérence d’une action publique collective.
La diversification des logiques temporelles a des effets sur le travail des principaux acteurs du champ. Les magistrats de l’enfance peuvent gagner en prestige symbolique étant donné que les motivations des jugements sont davantage ancrées dans le droit que dans le registre de fait ou de la personnalité. Mais, les éducateurs ont de la difficulté à lire le nouveau jeu procédural : la place de l’éducateur d’AEMO serait fragilisée dans la mesure où, ne participant plus à l’élaboration du processus décisionnel, il ne pourrait plus forcément comprendre, ni anticiper le jeu pénal.
Le travail éducatif se mène donc dans un cadre où d’une part, le rendu de la décision judiciaire argumentée engage magistrat de l’enfance et l’éducateur dans une action collective et d’autre part, où il peut y avoir des contradictions entre des orientations partenariales et des réponses prioritaires aux objectifs du service. Cette action collective doit respecter les procédures judiciaires issues des règles précises de droit et la réalisation d’un travail éducatif.
L’analyse empirique montre qu’il est difficile d’articuler les différentes logiques des acteurs pour maintenir l’idée d’une cohérence éducative qui structurerait le parcours d’un jeune. Tout se passe comme si l’enchevêtrement des procédures produisait une brume intense qui enveloppe les jeunes et les éducateurs, dans un horizon temporel qu’ils ne peuvent discerner.
A travers le jugement de différentes affaires, la combinaison de différentes sanctions pénales, le jeune fait l’expérience à la fois du déchaînement et de la suspension du temps. Il risque d’être pétrifié, de ne plus pouvoir se situer temporellement et d’être incapable de se projeter dans l’avenir.

Référence : JAMET Ludovic, «La discordance des temporalités dans la justice des mineurs». La nouvelle revue du travail [en ligne], 2012, n°1, p1-19. http://nrt.revues.org/170#text

Hélène Cheronnet

Hélène CHERONNET est chercheure à l’ENPJJ et membre du laboratoire CLERSE (UMR 8019). Elle mène ses recherches actuelles dans le cadre du projet Space Control : Logiques et dynamiques du contôle socio-spatial des jeunes des classes populaires (ANR Espace et territoires : les énigmes de la vie spatiale en société.

Sociologue des professions et des politiques publiques, ses publications concernent la professionnalisation des cadres de l’éducation spécialisée et des médecins psychiatres chefs de secteur ainsi que la territorialisation de l’action publique en santé mentale.

More Posts

La discipline des sentiments dans la justice des mineurs

La thèse de cet article consiste à soutenir que la criminalisation de la délinquance juvénile ne s’exprime pas nécessairement par un renforcement des peines et des dispositifs coercitifs. Revenant sur l’état de l’art, Sébastien Roux observe que la majorité des études récentes sur la disciplinarisation de la jeunesse se sont déroulées au sein d’institutions plus ou moins privatives de liberté. Pour l’auteur, l’intérêt heuristique de son objet est de s’intéresser aux modalités selon lesquelles les pratiques et les politiques « éducatives » cherchent à discipliner les mineurs, corrigeant non seulement leurs comportements mais aussi leurs sentiments. Et ce, dans le cadre d’une unité éducative de milieu ouvert (UEMO) et analysées par le prisme de la mise en œuvre des mesures de réparation pénale.

L’observation du déroulement d’une mesure dite « de réparation » permet à l’auteur d’identifier, qu’au delà d’une polysémie du terme, les éducateurs de la Protection judiciaire de la jeunesse se retrouvent autour d’une morale professionnelle qui valorise la transformation de soi.

Même si les éducateurs ont des représentations différentes des principes de la justice restauratrice et peinent à s’accorder sur les destinataires de cette mesure (le jeune ou la victime), leurs actions sont définies par une éthique de la responsabilisation. Il est question d’aider ces délinquants à saisir la gravité de leur déviance pour transformer la sanction pénale en discipline de soi.

Un « accompagnement réussi » doit favoriser l’émergence et l’expression de responsabilité et culpabilité, deux émotions investies d’une capacité réparatrice et rédemptrice. L’ethnographie d’un jugement, observé au tribunal pour enfants, montre que c’est moins la culpabilité pénale du mineur qui est en jeu que l’évaluation de sa possible rédemption. Le tribunal apparaît, dès lors, comme une scène où le prévenu est appelé à témoigner, par des sentiments appropriés, de sa transformation intérieure dont il faut évaluer la sincérité.

Ainsi l’encadrement éducatif apparaîtrait comme une pratique de gouvernement qui articule assujettissement (discipline des comportements) et subjectivation (discipline des émotions). Éduquer, c’est aussi gouverner l’intériorité pour que le délinquant accepte d’être conduit vers un mode d’être dont on considère qu’il atteste d’une potentialité future retrouvée.

Ces formes d’encadrement transforment profondément le regard porté sur la délinquance, en individualisant, pathologisant, voire déshumanisant les mineurs qui ne ressentiraient pas les sentiments espérés, justifiant la mise en place d’actions contraignantes, corrigeant non plus les actes mais les personnes.

ROUX, Sébastien. «La discipline des sentiments dans la justice des mineurs». Revue française de sociologie, octobre – décembre 2012, 53-4.

Hélène Cheronnet

Hélène CHERONNET est chercheure à l’ENPJJ et membre du laboratoire CLERSE (UMR 8019). Elle mène ses recherches actuelles dans le cadre du projet Space Control : Logiques et dynamiques du contôle socio-spatial des jeunes des classes populaires (ANR Espace et territoires : les énigmes de la vie spatiale en société.

Sociologue des professions et des politiques publiques, ses publications concernent la professionnalisation des cadres de l’éducation spécialisée et des médecins psychiatres chefs de secteur ainsi que la territorialisation de l’action publique en santé mentale.

More Posts

Resocialiser les jeunes délinquants ? L’expertise des técnicos dans la sortie de mesure de liberté assistée au Brésil

Dans cet article, Géraldine Bugnon s’intéresse à la mesure de Liberté assistée (LA), une des six mesures socioéducatives qu’un juge brésilien peut infliger à un adolescent qui a commis une infraction pénale. Pour l’auteure, cette mesure représente un révélateur efficace des enjeux contemporains liés à la prise en charge des mineurs délinquants.
Elle examine plus particulièrement les conditions dans lesquelles le juge met fin à la mesure. Cette décision intervient sur la base de rapports établis par les técnicos[1] et elle signifie que les professionnels puis le juge estiment que le jeune apparaît comme suffisamment resocialisé.

Prendre pour objet l’analyse des décisions des juges sur cette question permet d’observer et de décrire la manière dont la resocialisation des jeunes délinquants est pensée et mise en pratique à Rio de Janeiro et à Bel Horizonte. On l’aura compris, les técnicos jouent un rôle prépondérant dans la prise de décision des juges dans le cas d’une sortie de mesure de LA.

Les textes de lois et directives officielles restent très lacunaires et elliptiques en ce qui concerne les objectifs et les modalités de mise en œuvre de cette mesure. De ce flou résulte une importance marge de manœuvre pour les técnicos. Ils détiennent la compétence pratique de déterminer si l’adolescent peut être libéré ou non des obligations liées à sa mesure.

A partir de trois types de matériaux empiriques distincts (entretiens semi-directifs avec les professionnels exécutant la mesure dans cinq centres sociaux distincts, observations sur une durée de trois mois dans ces mêmes lieux, rapports des técnicos concernant les jeunes et transmis au juge), l’auteur va confronter les représentations des técnicos, relatives aux objectifs de la mesure, et les critères sur lesquels les juges se basent pour évaluer la resocialisation d’un jeune (scolarisation, professionnalisation et renforcement des liens familiaux). Il s’agira de décrire et analyser les modalités selon lesquelles les técnicos concilient valeurs et principes d’accompagnement avec les attentes provenant de la justice. L’article conclut qu’à la logique ponctuelle et bureaucratique de la justice, les técnicos opposent la logique processuelle et humanisée de l’assistance sociale. Mis en difficulté sur le fait d’obtenir des résultats tangibles, les técnicos « s’en sortent » en développant, dans les rapports, une argumentation relative à la « bonne volonté » du jeune (et de sa famille) ainsi qu’à son adhésion aux valeurs et aux principes véhiculés par la mesure, en dépit de leur non concrétisation lors de la mise en œuvre de cette dernière.

BUGNON, Géraldine. « Resocialiser les jeunes délinquants ? L’expertise des técnicos dans la sortie de mesure de liberté assistée au Brési». TSANTSA # 16 – 2011.


[1] Le terme técnico (signifiant spécialiste dans le portugais du Brésil) renvoie aux professionnels travaillant dans les institutions d’assistance social et qui détiennent un diplôme académique spécifique en opposition au personnel administratif.

 

Hélène Cheronnet

Hélène CHERONNET est chercheure à l’ENPJJ et membre du laboratoire CLERSE (UMR 8019). Elle mène ses recherches actuelles dans le cadre du projet Space Control : Logiques et dynamiques du contôle socio-spatial des jeunes des classes populaires (ANR Espace et territoires : les énigmes de la vie spatiale en société.

Sociologue des professions et des politiques publiques, ses publications concernent la professionnalisation des cadres de l’éducation spécialisée et des médecins psychiatres chefs de secteur ainsi que la territorialisation de l’action publique en santé mentale.

More Posts

Les prisons pour mineurs

Gilles Chantraine et son équipe ont mené, pendant deux ans, une enquête sur les prisons pour mineurs. Cette recherche a visé « à saisir conjointement les expériences de réclusion, les pratiques professionnelles et les controverses publiques ».

Cette recherche combine un travail ethnographique, 120 entretiens réalisés avec des professionnels et des jeunes, 2 séries d’entretiens collectifs avec des professionnels des EPM, une analyse comparative des controverses publiques relatives aux prisons pour mineurs en France, en Belgique et en Allemagne.

Le rapport se divise en trois parties : la première est relative aux controverses publiques, politiques et professionnelles, la seconde traite des conditions de vie et de travail au sein des quartiers mineurs de maison d’arrêt, la troisième s’attache au « monde social » des EPM. Les 4 chapitres de la dernière partie (surveiller/observer, affecter/différencier, éduquer/punir, soigner/instruire) explicitent tant les pratiques professionnelles et les différentes représentations du travail qui leur donnent sens que les modalités selon lesquelles s’organise, sur le plan institutionnel, le parcours des jeunes détenus en détention et au-delà.

Le chapitre éduquer/punir pose la question d’une éducation possible en prison, dès lors que la sanction disciplinaire reste « un privilège sécuritaire de l’administration pénitentiaire », et qu’une partie des éducateurs n’investit pas l’espace de détention, considérant qu’on ne peut vraiment éduquer qu’en dehors de la prison. En recherchant la socialisation des jeunes à travers une « prise en charge globale », qui mobilise des professionnels de différents secteurs, en produisant un continuum punitif entre diverses modalités de sanction (donnant-donnant, « mesures éducatives », régimes différenciés, régime disciplinaire) et en ayant recours à une architecture spécifique permettant de gérer les rapports sociaux par une fragmentation de l’espace, les EPM produiraient une technologie douce participant d’un gouvernement par les subjectivités et contribueraient à une forme paradoxale de retotalitarisation de l’institution.

 

 Gilles Chantraine (Dir.), avec Nicolas Sallée, David Scheer, Grégory Salle, Abraham Franssen et Gaëtan Cliquennois.
« Les prisons pour mineurs. Controverses sociales, pratiques professionnelles, expériences de réclusion », rapport pour la mission de recherche Droit et Justice, Clersé, 2011, 534p.

Hélène Cheronnet

Hélène CHERONNET est chercheure à l’ENPJJ et membre du laboratoire CLERSE (UMR 8019). Elle mène ses recherches actuelles dans le cadre du projet Space Control : Logiques et dynamiques du contôle socio-spatial des jeunes des classes populaires (ANR Espace et territoires : les énigmes de la vie spatiale en société.

Sociologue des professions et des politiques publiques, ses publications concernent la professionnalisation des cadres de l’éducation spécialisée et des médecins psychiatres chefs de secteur ainsi que la territorialisation de l’action publique en santé mentale.

More Posts