Le cadre institutionnel comme facteur de triangulation et de régulation, et tiers paternel différenciateur

L’article de Christian Mercier, psychologue consultant et formateur, traite de l’institution comme étant un groupe avec son idéologie, sa philosophie, ses propres valeurs, au travers de sujets, de métiers complémentaires qui la composent… On y retrouve également les émotions, les personnalités, les désirs de tout un chacun. Pour l’auteur, être responsable c’est aussi accepter le rôle de tiers, de censeur, parfois de mauvais objet car il est impossible de satisfaire les différents protagonistes. Le groupe étant l’espace entre le singulier et le collectif. Mais alors, s’interroge-t-il, quelle fonction pour le directeur quant à la référence au père dans son rôle de tiers ? Le directeur ne doit pas craindre le conflit, ni le créer, il a une fonction paternelle qui est d’organiser, de gérer, de canaliser, « de mettre de la dialectique là où il y a de l’opposition ». La règle est indispensable, mais elle n’est pas suffisante, car une institution n’est pas qu’une organisation, elle renvoie aussi à une histoire. A l’intérieur du service, il y a aussi du désir, des alliances, des rejets, des oppositions ou des attirances. Une certaine affection peut renforcer les liens et assurer une « contenance pour le bénéficiaire ». Par contre, l’attaque externe peut « bousculer l’institution, mais le conflit ou l’attaque interne la détruire ». Le dispositif institutionnel dans sa fonction de triangulation va permettre, tout en limitant nos désirs, de nous appuyer sur une réalité collective. Mais la fonction tierce existe aussi dans l’institution par l’intermédiaire des fonctions représentatives du personnel, légales et réglementaires. Sans les concertations, les échanges et les réunions de fonctionnement, les intérêts personnels peuvent venir se substituer au travail collectif et institutionnel. Et l’auteur conclut en insistant sur la nécessité de la cohérence et de la cohésion institutionnelle qui agit comme pare-excitation pour des publics en difficulté. Certes, il est important d’entendre la souffrance des publics, mais le cadre est celui qui peut favoriser la résilience. La contenance de l’institution est aussi importante que la loi en elle même, et l’une ne va pas sans l’autre.

Référence: MERCIER Christian, « Le cadre institutionnel comme facteur de triangulation et de régulation, et tiers paternel différenciateur », Psychologie clinique, n°35, 2013, pp. 57 à 72.

Comportements violents et agressifs : une étude comparative

Cette thèse soutenue par Kaïssa Addouche est riche et intéressante. Dans un premier temps, elle montre que les concepts que sont la violence et l’agressivité sont utilisés diversement par de nombreux spécialistes. Certains parleront d’agressivité, d’autres parleront d’agression et/ou de violence. L’auteure tente de montrer très justement que l’agressivité est une tendance à attaquer, mais que c’est aussi une composante de la personnalité. La violence est plutôt une force brutale qu’un individu impose à un autre. Violence et agressivité ne sont donc pas de même nature. Pour éclairer ses propos, Kaïssa Addouche fait référence à différentes positions théoriques et des auteurs spécialistes de la question comme Sigmund Freud, Joan Rivière, Mélanie Klein, Jean Laplanche, Jean Bergeret, Bella Grunberger, René Diatkine, etc.
Dans un second temps, l’auteure met en lien ces deux concepts avec les différentes phases de développement que traverse l’enfant et montre que l’être humain, en fonction des moments qu’il traverse, de l’âge qu’il a et des facteurs biologiques, physiologiques, sociaux et moraux, manifestera ou non des comportements violents. Elle aborde ces notions de stades en s’appuyant sur les grands auteurs de la psychologie du développement de l’enfant tels que Sigmund Freud, Françoise Dolto, Donald Woods Winnicott, John Bowlby, René Zazzo, etc. Dans son travail, Kaïssa Addouche expose également les notions de développement social, moral et intellectuel ainsi que celles de comportements violents et agressifs chez les enfants.
Elle aborde ensuite les relations de l’enfant avec son environnement afin de comprendre de quelle manière l’adulte transmet les valeurs morales à l’enfant. Elle se réfère à différents styles éducatifs : autoritaire, permissif et démocrate; et elle analyse les divergences et convergences en matière de pratiques éducatives en fonction de l’aspect culturel. C’est cet aspect qu’elle étudie en s’intéressant à la famille ou plus précisément au modèle familial. Elle pose d’ailleurs l’hypothèse que les comportements agressifs chez les enfants âgés entre 3 et 11 ans appartenant aux différents modèles familiaux sont en lien avec les stades de développement antérieur, leur environnement familial, scolaire et social.
Son travail de recherche s’appuie sur une population constituée de quatre groupes différents : enfants de parents français, enfants de parents algériens vivant en France, enfants de couples mixtes et enfants de parents algériens vivant en Algérie. Elle utilise les outils tels que les tests projectifs comme celui de patte noire (PN) de Louis Corman, ou encore le test Family Apperception Test (FAT) et le test de socialisation de l’enfant et de l’adolescent (TSEA) ainsi que des entretiens semi directifs sur un échantillon de 80 enfants scolarisés. Par ailleurs, le traitement des données par l’analyse thématique de contenu et par l’analyse factorielle des correspondances multiples (ACM) permet une analyse fine et intéressante et met en évidence un choix méthodologique judicieux et adapté.
In fine, Kaïssa Addouche montre, entre autres, que les comportements agressifs chez les enfants ne sont pas une affaire de culture ni de sexe, mais une affaire d’âge, de rang, de composition de la famille, de divergence et/ou de convergence entre les styles éducatifs de la mère et du père ainsi que de convergence entre les styles parentaux et ceux du maître.

Référence : ADDOUCHE Kaïssa. « Le vécu des comportements violents et agressifs chez les enfants âgés de 3 à 5 ans, de 6 à 8 ans et de 9 à 11 ans : étude comparative entre enfants de parents français, de parents algériens vivant en France, de couples mixtes (algériens-français), de parents algériens vivant en Algérie». Thèse de Doctorat en psychologie clinique et interculturelle soutenue à l’Université de Picardie Jules Verne, sous la direction de Professeur Emile-Henri Riard, Université de Picardie Jules Verne (UPJV), Ecole interne, IUFM, Amiens, le 8 décembre 2011, 181p.

L’agir comme processus?

L’article de Lisa Ouss-Ryngaert, pédopsychiatre et psychothérapeute intitulé : L’agir comme processus ? est un commentaire de l’article de Jacques Dayan et Bérengère Guillery-Girard. L’intérêt de l’article de ces auteurs est de comprendre l’adolescence en faisant des liens entre le fonctionnement du cerveau (les neurosciences) et le psychisme (la psychanalyse), « c’est une invitation à repenser le cadre théorique général de la psychopathologie » à la lumière des derniers apports neuroscientifiques. Elle reprend essentiellement quatre points évoqués par les auteurs. Le premier point concerne les compétences de l’adolescent : le cerveau de l’adolescent est plutôt « multiple localisé » celui de l’adulte plutôt « simplifié synergique ». Le deuxième point est que l’agir adolescent ne serait pas un symptôme, signe d’un défaut de mentalisation, mais l’expression d’un processus structurant. L’agir prend ici une dimension de créativité et d’adaptabilité. Les adolescents seraient plus enclins que les adultes à « auto-trouver » et donc auto-créer leur environnement. Le troisième point aborde le cadre épistémologique, l’adolescent selon Jacques Dayan et Bérengère Guillery-Girard est l’objet des thérapeutiques des sciences cognitives ou biologiques, alors qu’il est avant tout, selon Lisa Ouss-Ryngaert, le sujet d’une thérapie. Il faut, poursuit l’auteur de ce texte, poser la question autrement, il s’agit d’étudier un même objet, mais selon deux angles différents afin de « faciliter une approche translationnelle » qu’elle qualifie de connaissances fondamentales, « au lit du patient ». Enfin le quatrième point pose la question éthique qui est celle de la responsabilité face aux adolescents. Les travaux mis en avant par les neurosciences tendraient à mettre en évidence un cerveau qui produit des actions plus que des réflexions mais alors poursuit-elle, le risque est d’oublier la part « d’imprévisible » qu’il y a dans les comportements humains…

 

OUSS-RYNGAERT, Lisa. « L’agir comme processus ?» Adolescence, 2011/3 (n° 77).