La catégorie « jeunes » en question: une analyse socio-linguistique d’une séquence de formation

Cet article propose de discuter la catégorie langagière « jeunes » dans les relations interpersonnelles. Après un retour théorique sur la dimension langagière de l’interaction, le texte propose l’analyse d’un échange, dans un centre de formation continu, entre des stagiaires en insertion sociale et professionnelle âgés entre 17 et 19 ans, des éducateurs, des professeurs d’enseignement général et des chercheurs.

La construction des rapports de place entre stagiaires et formateurs est intéressante à percevoir parce que souple et dynamique. Pour autant, les distinctions entre les deux groupes, l’un « formateur », l’autre stagiaire, qu’on pourrait qualifier de « jeunes » – mais également se distinguant du groupe de formateurs par un environnement géographique socialement situé, des conditions de vie et de formation – en disent beaucoup sur l’espace socio-discursif ainsi déterminé.

Cependant ces données contextuelles ne sont pas les seules à distinguer les deux groupes, c’est ici sous l’angle de l’interaction que stagiaires et formateurs se différencient.

Les séquences de formation analysées sont des mises en scènes du groupe dans des espaces et situations de la vie quotidienne. Elle vont être l’occasion d’observer les usages des discours de ces jeunes. Malgré le caractère formel de la séquence de formation, les chercheurs vont pouvoir noter dans le discours de ces stagiaires des constructions syntaxiques (« verbe adjectif » comme « parler bizarre »), l’usage de stéréotypes, d’un discours grossier et verlanisé.

Les auteurs vont ainsi montrer que le « parler jeune » est une catégorie en mouvement, qui fonctionne dans l’exploitation des « ressources formelles et symboliques » des stagiaires, utilisant des catégories sociales déjà connues. Ils en élaborent de nouvelles, confrontées à un groupe de pairs et en opposition à un groupe de formateurs. Le dispositif pédagogique « mises en scène » ou « jeux de rôle » favorise également un processus de marquage, qui contribue à la catégorisation .

Pour les professionnels du social et de l’éducatif, comme pour les formateurs, cet éclairage est important : d’une part, il permet de comprendre ce qui se joue dans les interactions dans un contexte d’apprentissage, d’autre part, c’est la catégorie « parler jeune » qui est mise en tension. Cet article montre toute la complexité d’une catégorie prédéterminée, qui se comprend dans la diversité des situations d’interaction et le contexte dans laquelle elle est utilisée. Le « parler jeune » permet ainsi de questionner différemment la question de la relation éducative et plus généralement les pratiques professionnelles des éducateurs. Ajoutons à cela que l’ensemble du dossier de ce numéro de Langage et société consacré aux « Jeunes et parlers jeunes : des catégories en question » est extrêmement intéressant.

 

AUZANNEAU Michelle, LECLERE-MESSEBEL Malory et JUILLARD Caroline, « Élaboration et théâtralisation de catégorisations sociolinguistiques en discours, dans une séance de formation continue. La catégorie « jeune » en question », Langage et société, septembre 2012, n°141, p.47-70.


Céline Matuszak

Chercheure en sciences de l’information et de la communication au sein de l’Ecole nationale de protection judiciaire de la jeunesse- Laboratoire Geriico à l’université de Lille 3.

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *